Mis en avant

La becquée !

Samedi dernier, je fais la queue à ma boulangerie. Avec mon masque, dans la distanciation sociale physique réglementaire.

Soudain, une jeune fille derrière moi, genre étudiante, mal à l’aise, empruntée, un peu honteuse, me désigne les sandwichs alignés et me demande tout bas et maladroitement si je peux lui en acheter un. Elle est au bord des larmes. Elle demande sans vraiment oser demander. Sans insister. En s’excusant.

Ce n’est visiblement ni une petite nana défoncée au crack, ni une de ces petites mendiantes exploitées par un de ces réseaux du business charité, et d’ailleurs au fond qu’est ce que ça change ?

Je lui demande quel sandwich elle veut ?
D’une voix mal assurée elle me dit en chuchotant :

-… au jambon…
– avec fromage ? j’insiste…
…oui…– elle dit timidement, craignant d’abuser.

Elle est fuyante.

Je lui offre le sandwich, qu’elle prend en remerciant, à peine audible, les yeux baissés. Comme humiliée. Elle sort rapidement de la boutique.

A l’intérieur de la boulangerie, tout le monde est bouleversé. Le client suivant, très ému, me remercie. Le boulanger déclare mi accablé mi blasé : – ça fait de la peine. Il y en a plein comme elle. Ce monde est sans pitié –

En rentrant chez moi je me dis que j’aurais pu lui offrir un gâteau, une boisson en plus…

J’ouvre mon ordinateur, je tombe sur une déclaration d’ Elisabeth Borne, ministre du travail ; de gôche il va de soi, comme tout le démontre :

«  Ceux qui proposent un RSA jeune ne répondent pas à ce dont les jeunes ont besoin: gagner leur autonomie en accédant à l’emploi »

Voilà, la prochaine fois que je croise un jeune qui crève la dalle je lui répondrai ça, que ce dont il ou elle a besoin, ce n’est pas de recevoir « la becquée », c’est de gagner son autonomie en accédant à l’emploi !

ça lui remplira le ventre.

Inutile madame Borne de vous dire tout mon mépris.

Je sais que parfois la politique est un sale métier. J’ai la confirmation avec vous, qu’en plus, on peut le faire salement.

tgb

La cordée

Il y a bien des années, j’ai fait quelques courses en montagne avec mon père.
Une demi douzaine de 4000 sur les 82 sommets répertoriés dans les Alpes.

Non, pas le Mont Blanc.

Même à Paris, je garde le pied montagnard. Je reste savoyard.

Sur toute l’approche des sommets, dans la progression sur glaciers, ou ce qu’il en reste, on s’encorde. Le premier de cordée fait la trace, dans l’horizontalité ou la pente. Le principe en est simple, deux personnes ou plus, 8 maximum, s’ accrochent à une même corde pour sécuriser la progression, prévenir la chute, à corde tendue.

Le principe même de la solidarité.

Cette technique est là pour prévenir avant tout l’effondrement du pont de glace et se retrouver englouti par une crevasse ; d’éviter d’aller vers les sommets et de finir dans les abysses. Cette démarche, dans la marche, c’est surtout assurer celui qui fait la trace, qui prend le risque. C’est donc fort logiquement plutôt le second qui assure le premier.

Dans la verticalité c’est autre chose.

En rocher, l’ascension se fait en tirant des longueurs. Le premier ouvre la voie, sécurisé par le second, installe les points d’ancrage, (pitons, mousquetons, sangles…) assure le relais, là ou la corde coulisse, puis sécurise le second qui récupère le matos et ainsi de suite. Chacun, à tour de rôle, assurant la progression de l’autre et sa sécurité.

Dans une cordée dite réversible, le premier et le second sont parfaitement
interchangeables. Comme au paradis, le dernier devenant le premier et vice versa.
Ainsi celui qui progresse est assuré par celui qui est en point fixe en alternance jusqu’à la cime.

On peut y voir une métaphore.

Le premier de cordée n’est donc pas celui qui tire les autres. S’il ouvre la voie, équipe la parois, assure son groupe, il est aussi assuré, sécurisé par le groupe. Chacun étant ainsi responsable de l’autre en interdépendance.

On coopère.

Non, le premier de cordée n’est pas celui qui réussit, puisque le but de la cordée est précisément de réussir ensemble. De vivre et de survivre ensemble et même, dans la cruauté de la discipline, de mourir ensemble. L’un des encordés quand il dévisse, pouvant entrainer l’autre ou les autres dans sa chute.

On vit, on survit ensemble, ou on meurt ensemble.

Heureusement la cordée sauve bien plus qu’elle ne tue. Chacun sécurisé par l’un sécurisant l’autre.

Philippe Descamps

La seule réussite du premier de cordée, du guide, sur sa corde raide, c’est que les suivants de cordée dans leurs quêtes du sommet, en reviennent vivants ou survivants, vainqueurs ou pas du fascinant inutile.

tgb

Trêve des confineurs

Affr’euses, affr’eux, ceci est le billet 1000

tout rond.

Y’’en aura sans doute d’autres
à l’occase. de temps en temps
si j’ai quelque chose d’irrépressible à dire

sinon non.

Sur ces 1000 « posts » pas de quoi rougir
pas écrit trop de conneries durant ces 14 ans !

Fut une période, il y eut jusqu’à 1000 lecteurs par note
on tourne aujourd’hui plutôt à 200…

pas si mal…
à défaut de la quantité reste la qualité

Je ne vous souhaite rien de spécial pour 2021
ces temps-ci vaut mieux avoir le voeu économe
mais le coeur y est et la rage tout autant

et depuis que le masque a tout bien démasqué
c’est les yeux dans les yeux que ça se joue…

et allez comme disait l’excellent Jean Carmet


La seule arme qui m’intéresse c’est le

c’est notre LBD à nous…

à la votre…

tgb

Ce que je n’ai rien à dire

Il faut bien reconnaitre que depuis que ceux qui ont quelque chose à dire
s’autorisent à le dire on commence sérieusement à apprécier ceux qui n’ont
rien à dire et qui ont l’élégance de la fermer.

Ça nous fait des vacances.

Je n’exclus pas qu’il y ait des gens qui aient plein de choses essentielles à dire
et qui, par fatigue, ironie, paresse, ou jmenfoutisme se les gardent pour eux
tout en n’en pensant pas moins.

On a bien assez de livres à lire.

Ces temps-ci j’exècre particulièrement ceux qui beuglent sur tous les tons
et sur tous les plateaux (repas) qu’on ne peut plus rien dire

tout en le disant effroyablement.


Les – je suis Charlie – qui interdisent les – je suis pas Charlie – à l’ouvrir –
les MichelOnfrayMieuxDSeTaire…qui visiblement ont mis au goût du jour
le fait qu’il était de bon ton de péter à table par la bouche.

C’est vrai que ça manquait.

Tant d’années à se contraindre du refoulé fait indubitablement
que dès qu’ils l’ouvrent ça refoule sérieux du goulot.

Moi honnêtement je n’ai plus grand chose à dire. Mais j’en profite encore
pour le dire.

Ce que je voulais dire, je l’ai dit et pour résumer ça consistait essentiellement
à dire que le fascisme peut venir sous un forme cool et sympa, qu’il ne
klaxonne pas avec une petite moustache pour prévenir et que le
totalitarisme peut prendre bien des aspects, les mieux adaptés, les plus
séducteurs pour nous la mettre bien profond.

Ce que j’avais à dire et je l’ai dit 1000 fois c’est que le capitalisme
préfèrera toujours le fascisme à l’humanisme, Lepen à Mélenchon,
et que la bourgeoisie – et ce que j’entends par bourgeoisie c’est ce
gras confort à pas trop déranger les couches de crasse de la tête – a
toujours un macron de rechange qu’il déguise en fonction des
circonstances, des modes, des tendances et qu’il peut être féminin,
vert, métissé, homo, trans…qu’importe le genre ou le non genre tant qu’il reste
aux ordres et dans le cadre.

Tout à sa fabrication du produit, du profit et du consentement, le capitalisme détruira tout jusqu’au dernier arbre, spéculera sur tout, jusqu’à la dernière goutte d’eau, salopera tout jusqu’à à la dernière bouffée d’oxygène, marchandisera tout, jusqu’à l’amour, la mort et notre humanité, parce que telle est sa nature profonde et indécrottable.

Ce que j’avais à dire et que j’ai dit cent fois, c’est qu’aucun changement vital et radical ne se fera dans l’angélisme, avec des fleurs autour et que face à la violence sociale, policière, culturelle, médiatique, morale, et qui appelle, bien décomplexé de la gâchette, à tirer dans le tas, seule la violence populaire et légitime peut être redoutable.

Ce que je voulais dire et que j’ai dit dix fois c’est qu’aujourd’hui on peut
encore à peu près dire, tant qu’on n’est pas entendu, qu’on reste confidentiel
et que même ce confidentiel finira par être interdit sur les réseaux
sociaux, sera fliqué dans les rues, espionné au téléphone, filtré, fiché, algorithmé,


mais qu’on trouvera toujours une combine pour le dire parce qu’on peut pas s’empêcher et que de la contrainte nait la créativité et donc la liberté.

Ce que je voulais dire et je vais le dire une fois c’est qu’en tant que professionnel
de l’expression et de la prise de parole, durant 30 ans j’ai écouté, entendu des
gens parler, faire du bruit avec la bouche, ressasser du blabla, enfiler du souverain
poncif et du lieu commun, jusqu’à ce que parfois, dans ma somnolence,
mon oreille soudain se dresse à l’écorce d’une parole, à l’aspérité d’une pensée
même maladroite, même rudimentaire et qu’il n’y a que celle là qui me parle
encore.

Ce que je veux dire aussi, c’est – que le silence est un moment du langage ;
que se taire, ce n’est pas être muet, c’est refuser de parler, donc parler encore
…-

comme l’exprimait Jean-Paul Sartre qui aurait parfois mieux fait de se taire.

Enfin, ce que je tiens à dire ici, c’est qu’à force de nous confisquer
le langage, d’abuser la rhétorique et les images,

d’anéantir le lexique ou de le travestir, bref à force de nous désarmer les mots, il nous faut maintenant penser

à armer nos silences…

tgb

Le blues du poisson rouge

Je rêvais d’un autre bocal. Je rêvais qu’un autre bocal soit possible.
Tout en remplissant mon bon de sortie du bocal, j’avais bien intégré
qu’hors la bocalisation mondiale, il n’était point d’alternative.

Tout juste une alternance.

Celle de choisir tous les 5 ans ma façon de tourner en rond dans l’eau,
de choisir mon sens giratoire, de droite à gauche, de gauche à droite,
de penser en rond, sur moi, en moi, autour de moi, sans jamais sortir ni du cadre
ni des confins du bocal, tout juste à me demander, pourquoi il y avait un bocal plutôt que rien, tout juste à me demander, si j’étais la goutte d’eau dans la mer ou la mer dans la goutte d’eau…

tandis que le chat-peau melon veillait :


Tout ce qui était interdit d’interdire…

dis, crois tu que Dieu existe – disait mon co-locataire de bocal ?
– bien sûr – répondais je – sinon qui changerait l’eau du bocal ? –

Mais de quel Dieu s’agissait il ? du sien ou du mien ?

Ainsi occupions nous notre temps de poisson domestique, de poisson domestiqué,
tout bocalisé du bocal, à nous battre dans le bocal, à nous contester le peu d’oxygène que la grande Oxygénation (qui en consommait 90%) voulait bien nous tolérer dans le bocal, tout en nous conduisant à nous oxygéner sur la dose de l’autre…

et tandis que le chat-peau Melon surveillait


…devenait obligé d’obliger.

Mais dans le coin de mon bocal, je me débocalisais. Et je me répétais

– faire péter le bocal pour enfin respirer –

Et j’ explosais mon bocal et m’éjectais loin du bocal
jusqu’au lavabo au moins, à me faire un siphon d’enfer, à nager dans les tuyaux,
les canalisations, les canaux, loin, loin si loin du bocal…

jusqu’à la mer…

promise !

tgb

photo 1 : Danièle Atala

Hervé

Tu voulais pas dormir, jamais. Tu trainais tes nuits dans l’alcool.


Comme si tu savais déjà, craignais déjà qu’un jour, qu’une nuit tu t’endormirais pour ne pas te réveiller. Tu brulais ta superbe humanité consciencieusement en fumées, en nuits blanches sensibles en ivresses diverses et variées et généreuses. Je n’essayais même pas de t’en dissuader. Parfois je les partageais, souvent je les abrégeais, te laissant finir seul, ta nuit Quincampoix, à massacrer ton coeur en sursis. A vivre ta vie tout en densité.


Tu avais le désespoir joyeux, léger, amical et tellement séducteur, gentiment cabotin des fois. Tu étais un grand acteur, un immense acteur qui avait pris son temps pour devenir grand, pour bien s’incarner pour bien se jouer. Je t’ai vu triompher sur scène, dans Festen à Annecy avec cette magnifique présence faite de force et de fragilité enfin reconnue.

On avait des projets qui ne se montaient jamais. On avait des conversations qui n’en finissaient pas. On avait des absences qui nous faisaient nous retrouver d’évidence et poursuivre. nos errances verbales, nos connivences.


T’étais venu chez moi, dans les Alpes, j’étais allé « chez toi », à Saint Raphaël,
sinon on était parisien, toi de Lyon, moi de Savoie. Tu étais mon ami depuis trente ans.
Depuis ces séances de stress partagée dans des stages de com.

La dernière fois que je t’ai vu, à l’automne je parlais des années à venir, tu avais eu un geste las du genre…- tu sais les années à venir, moi…- Je ne me doutais pas qu’il ne t’en restait même pas une…


Et puis ce coup de téléphone à la fin de l’été, comme un coup de poignard me laissant sidéré, orphelin, amputé de toi, de ta fraternité sensible et délicate. Je n’imagine même pas effacer ton nom de mon répertoire.

Je vais conserver tes messages pour te garder encore un peu égoïstement près de moi.
Ces derniers messages où tu me disais avoir joué un prêtre à Saint Eustache dans un court métrage.

Je t’avais donc demandé avec un brin d’ironie – priez pour moi mon père – tu m’avais répondu – c’est fait ! – Je ne savais pas encore que ce serait dans cette église Saint Eustache que c’est nous qui « prierions » pour toi des sanglots plein le corps et l’âme.

Qu’est ce que tu vas me manquer frérot ! qu’est ce que tu vas nous manquer Hervé !

TGB

L’écologie de confort

Une touffe d’herbe sur la tête et la gargouille capitaliste se donne comme un air de punk à chien. C’est une de ces ruses que le bloc bourgeois dans sa perversité funeste manie à la perfection. Se travestir superficiellement, s’acheter la panoplie tendance, pour se perpétuer et continuer à se bâfrer sur la bête.

Il faut admettre que l’oligarchie a l’échine souple et l’art du camouflage façon caméléon. Elle garde toujours dans sa manche, un autre Macron plausible à peine reverdit, un autre Flanby vert et inoffensif, un autre ultra centriste compatible avec tout, le marché, ses noires milices, son nouvel ordre mondial, son Europe verrouillée.

Elle conserve toujours une de ces rustines, un de ces avatars greenwashisé
à l’occase, avec des morceaux de « durable » et « d’équitable » dedans. Un de ces produits pseudo nouveau mis en vente à grand renfort de pub, dans les rayons de son supermarché mondial.

Ainsi donc le bloc bourgeois, dans ses villes bourgeoises sait parfaitement recycler, renouveler son clergé servile en petits hommes verts pourquoi pas, concédant de la piste cyclable pour mieux vendre ses bagnoles. Le flux vaguement vert d’hier, n’étant qu’une tactique de plus. L’écologie en son égologie, sans rupture radicale
ne restera à jamais qu’une bonne conscience de confort, une sale manie.

Comme dirait Chico Mendes° – l’écologie sans lutte des classes est elle autre chose que du jardinage ? -° La question elle est vite répondue.

La bonne nouvelle malgré tout, est que la marée abstentionniste d’hier, semble démontrer que la population lambda ne se fait plus guère d’illusions sur ce simulacre de démocratie en tenaille et plutôt que de faire semblant de changer tout pour rien, elle préfère visiblement plutôt planter des choux…

En prévision sans doute du prochain confinement.

tgb

° activiste brésilien, assassiné en 1988 dans sa lutte pour préserver l’ Amazonie, reprise par Eduardo Galeano : La ecología sin lucha social es jardinería

Share|

Farida et les trois petits cailloux

trois petits cailloux dans la main de l’infirmière
trois petits cailloux qui ne pesaient rien
trois petits cailloux contre la misère
trois petits cailloux elle en jeta un

Condamnez vous ce geste ? disait l’ordre médiatique
à tout convoqué suspect de voir le tonfa et non le galet
condamnez vous ce geste ? êtes vous pacifique ?
matraquait les marchands de canons, aboyaient ses valets

Deux petits cailloux dans la main de l’infirmière
deux petits cailloux de rien du tout
deux petits cailloux pour hurler sa colère
deux petits cailloux, en jeta un debout

Que toutes les violences faites vous restent confinées
opprimez vous vous mêmes ou haïssez les autres
il n’y a aucune issue pour tous les révoltés
résignez vous enfin à devenir bon apôtre

CSI, Article R211-13 : L’emploi de la force [..] n’est possible que si les circonstances
le rendent absolument nécessaire [.] La force déployée doit être proportionnée au trouble
à faire cesser et son emploi doit prendre fin lorsque celui-ci a cessé.
Farida, infirmière, en blouse blanche, en GAV, risque 2 ans de prison ferme et 45000 euros d’amende pour outrage et
rébellion suite à la plainte de 4 policiers

Des petits cailloux il n’en restait qu’un
ce petit caillou tout comme un galet
ce petit caillou qu’elle lança au loin
si loin de la mer comme en ricochet

tgb

Share|

Sondage et matraquage

– Tu aimes la police ?
….
– C’est pour un sondage…
….
– tu réponds par oui ou par 24 heures de garde à vue…
….

– regarde moi bien dans les yeux…

– non là…dans les yeux du canon…

– tu aimes la police ?

– tu l’aimes fort ?

– redis le…
….


– t’es sincère au moins ?
…..
– non parce que sinon on risquerait de se chamailler un peu, un oeil par ci une main par là
…..
– quel coup de tonfa dans la gueule ?

– et le contexte alors ?

– est ce que je te cause de ma tendinite du poignet ?
….
– ben oui, comparution immédiate, six mois pour outrage et rébellion…
….
– c’est le tarif
….
– t’as des images ?
….
– ben alors tu fermes ta gueule, tu voudrais quand même pas que je perde ma prime assermentée ?


….
– quoi ta retraite ?
….
– Tu voudrais pas la mienne pendant qu’on y est ?…

– donc maintenant tu réponds gentiment à la question suivante…

objectivement …


….
– existe t’il des violences policières ?
….
– réfléchis bien avant de répondre
…..
– je te rappelle que ceci est un LBD

– ça donne ça comme résultat


…12 morts durant le confinement ?

– ça te dit un petit plaquage ventral entre amis ?

– Quoi you can’t breathe ?

– and now yes you can ?

– Donc, bien raisonné, il n’y a pas de violences policières.

– Autre question fils de pute, vois tu un rapport entre ici et l’Amérique ?

– regarde bien les deux images…

victimes de la police américaine
victimes de la police française

….
– Je te donne un indice. je ne vois aucun point commun…

– Bonne déduction. La police républicaine n’a rien à voir avec les cowboys américains.

– Dernière question facile…la police est elle raciste ?
….
– Je te rappelle gentiment qu’avant on foutait les bougnoules à la Seine et que maintenant on les repêche…


– ça devrait t’aider

– Bien vu, elle ne l’est pas…j’ai même un collègue négro qu’on appelle Bamboula …si c’est pas une preuve !
….
– donc tu aimes la police…


– quel tutoiement ?
….
– et un toucher rectal façon matraque ça vous irait enculé ?

Selon un subtil ministre de l’intérieur et un échantillon hyper représentatif de la société civile : 9 français sur 10 aiment la police.

objectivement !

tgb

Share|

Le concept de la plage dynamique

En philosophie, le concept est une représentation mentale abstraite et générale, objective, stable, munie d’un support verbal. Le concept de vérité, du temps, de l’espace… Du percept (forme perçue d’un stimulus externe) au concept dialectique chez Platon ou de la construction métaphysique et scientifique chez Aristote, il est un schème, un symbole. En linguistique, le concept est nommé « signifié » le terme le désignant, nommé « signifiant ». Le mot « chien » (signifié) par exemple,
ne mord pas, pas plus que sa représentation. Si pour les philosophes modernes (Descartes, John Lock) le concept est une idée, pour Kant, il est un moyen de juger, un universel. Bref, selon Deleuze et Guattari, la philosophie se définit comme la création de concepts.

Puis vint Botul et ses botulettes (Glucks, Finkie, Bruckner…) qui inventa le concept de la chemise déboutonnée et son corollaire entarté ; surgit Ferry (boat) et le concept de la croisière ça m’use ; entra sur scène la Chantal Goya du concept Michel Onfray et son acolyte Comte-Sponville, inventeur de la philo patronale à 5000 boules l’ineptie. Ne manquait plus que l’ineffable Peña-Ruiz et son fameux concept – je suis islamophobe (mais pas judéophobe) c’est bien la preuve que je suis laïc – pour souligner combien ces dernières années la notion de concept était monté d’un cran dans l’exigence de la pensée sous vide.

Et de me souvenir être allé un jour vendre un spectacle à un producteur célèbre de soupe populaire qui conclue l’entretien en me disant – y’a un concept !

Un – y’a de l’idée – m’aurait rassuré davantage. Nous ne fîmes pas affaire.

Tout ça pour en arriver au : concept de la plage dynamique pour ne pas dire aérodynamique.

J’explique donc aux novices ce qu’est, dans la bouche des crétins zélés et serviles
de l’administration publique, en cette novlangue chérie des managers et autres plagistes de la Startup nation, la notion du – concept de la plage dynamique. –

C’est une plage où tu peux marcher courir, jouer au volley, plonger, nager, sauter à cloche pied, à la corde, ramper, danser, faire la roue, la course en sac, la marche arrière, la danse de st Guy, bref à peu près tout ce que tu veux, sauf t’asseoir ou t’allonger, même en ayant la bougeotte. Une sorte de jeu de chaises musicales, sauf qu’à l’arrêt de la musique, tu continues de tourner en rond.

C’est spécial. C’est nouveau. C’est la tendance de l’été.

A cette notion extrêmement subtile de plage dynamique, il existe quelques variantes comme la plage quadrillée, encadrée, encerclée, dont le principe est de réserver dés maintenant un 2 M2, allée 125, option pâté de sable, dans le créneau horaire 11 H 50/13 H 45 le 24 juillet 2020.

Vérifie quand même la météo.

Il faudra bien reconnaître que question créativité, la gestion loufoque du covid_19 aura été un grand moment de révélation hilare. Entre la mise à distance assez douce et moelleuse à la japonaise,

et la mise sous cloche assez cloche et furieusement conviviale façon française,

selon que tu sois grand

ou petit,

De l’invitation policée à aller déconfiner ailleurs aux Invalides ou à te faire reconfiner
la tronche au carré à Barbes, une jolie palette de l’arbitraire et de la loi au faciès reconceptualisé, pour ne pas dire recontextualisé.

En attendant que dans ce siècle la moitié des plages aient disparues – et de se demander vu l’évolution si ce ne serait pas une bénédiction – programmons vite notre séance de bronzage avec ticket horodaté entre les doigts de pied en éventail, tout en respectant la juste distanciation sociale de 5 ananas coloniaux

  • – toi y’en a respecter la distance ananas ? – en fredonnant quelque tube estival indémodable…

...sur la plage déconfinée, coquillages et crustacés…

tgb

Share|