Le vote inutile de l’idiot utile


« Que feriez-vous au second tour si celui-ci devait opposer Jean-Luc Mélenchon à Nicolas Sarkozy ? » « Je ne répondrai pas à votre question. »
déclare le dirigeant de la non gauche socialiste, Michel Sapin, idiot utile de l’émission « mots croisés » à Yves Calvi.

Fort civiquement pourtant, la non-gauche socialiste a tenu à ébaucher un début de réponse ce week-end  à Noisy-le-sec, qu’un simple clic, en votre aimable curiosité, permettra d’assouvir.

Ce qu’il y a de bien avec nos socio-démocrates préférés, c’est qu’on est jamais déçu. On s’attend au pire : ils font mieux.

Il m’est arrivé dans ma vie de voter utile. Il m’est même tellement arrivé dans ma vie de voter utile que je ne me souviens plus avoir voté autre chose qu’utile depuis un certain temps.

En me bouchant le nez

Chirac, Royal…

Ce fut tellement utile que le Front National est aujourd’hui aux portes du gouvernement et que le choix prochain risque de se résumer à Strauss-Kozy puis Valls-Copé.

C’est dire si le vote utile est utile.

Mais que je ne cède pas à la culpabilité de ne pas voter utile, et me voilà consacré illico par la police de la pensée subtile, idiot utile du Sarkozisme et le piége honteux et misérable de se refermer sur moi.

Pourtant il faudrait se demander déjà, si voter est utile.

J’ai voté non au référendum du traité de Maastricht , suivant pour une fois mon intime conviction ; ce fut si redoutablement utile qu’on rendit mon vote inutilisable.

M’en souviendrai.

Voter utile ou inutile c’est un peu comme prôner la rigueur ou ne pas la prôner : dans tous les cas, on finit par dégrader ton AAA.

A ce jeu-là autant se la faire au feeling, et oublier toute pseudo stratégie.

Parce que si voter utile c’est voter Strauss Kahn pour ne pas se retrouver l’idiot utile du Sarkozisme, il se pourrait bien que voter DSK soit le plus sûr moyen de devenir l’idiot utile du FMI.

Strauss Kahn n’ayant pas plus d’idée que Sarkozy ou la même, je n’exclue donc pas que le vote utile ce coup ci, soit strictement inutile.

Je voterai donc, si je vote, assurément et sans complexe absolument comme j’en ai envie. Et que personne, personne ne vienne en juger à ma place.

Quitte à être un idiot utile, je serai mon propre idiot utile à moi.

Avec un peu de bol ça pourrait m’être utile.

tgb

Publié par rueaffre2

TG.Bertin - formation de philo - consultant en com - chargé de cours à Paris 4 - Sorbonne - Auteur Dilettante, électron libre et mauvais esprit.

60 commentaires sur « Le vote inutile de l’idiot utile »

  1. si Melanchon se trouvait en finale, peu m’importe quel serait son adversaire,sarkosy ou autre;ce serait Melanchon!…le seul en qui j’ai confiance pour representer la vraie gauche…meme si j’apprecie aussi Eva Joly..de toute façons, je voterai pour l’adversaire de sarko quelqu’il soit meme marine Lepen

    J’aime

  2. Eh bien, oui, on en est tous rendus au même endroit: au fond de l’impasse sans marche arrière. Même endroit, même constat pour moi aussi.
    Parce que tout est verrouillé, on va nous donner à choisir une fois de plus entre la droite et la droite.
    Et là aussi, ce sera sans moi. Mais que faire, quand une fois ces gens-là installés, ils font comme si la population n’existait pas?
    Petit reproche à ce texte pertinent: « le Front National est aujourd’hui aux portes du gouvernement »: le FN n’est pas « aux portes », il est carrément installé dans les cuisines!
    Non seulement cela, mais il y en a même qui se prétendent de gauche et qui tiennent le même discours …

    J’aime

  3. C’était le but .
    Et accessoirement c’est la conclusion que les faits d’expérience ( notamment des 40 dernières années ) imposent à leurs observateurs conscients .
    ( « ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire viennent aisément « )
    D’ailleurs les apories classiques qui se dégagent de l’embryon de débat qu’a initié ton billet le démontrent clairement : il n’y a pas de vote « utile » dans le cadre de la démocratie de marché et de son système représentatif oligarchique .

    J’aime

  4. décidément rien, n’est pire, que de s’arrêter de réfléchir à mi-chemin… Après avoir posé la question qu’en toute chose il convient de se poser en premier lieu -« Pourtant il faudrait se demander déjà, si voter est utile »-, l’auteur ne peut s’empêcher de confesser, sur la fin, son irrépressible envie d’aller voter, quoi qu’il advienne, les-deux-pieds-les-deux-mains-dans-l’isoloir-mais-la tête-haute : « Je voterai donc, si je vote, (…) ».
    Etc. etc. etc.
    Tout cela n’est pas très sérieux.

    J’aime

  5. oui je voterai pour Mon candidat au premier et resterai chez moi (sauf miracle ) au second – vous aurez noté le SI, je vote -c’est mon sérieux à moi –
    « Et que personne, personne ne vienne en juger à ma place. »

    J’aime

  6. Je ne vote pas ici mais je devrais voter en Belgique, c’est obligatoire.
    Pour l’instant, je m’y soustrais.
    On n’a même pas de gouvernement… Si j’allais voter en Belgique, ce serait morte de rire ou en larmes.
    C’était le reportage en Meriemie.
    Ça aurait manqué.

    J’aime

  7. @meriem – et combien ça coûte de ne pas voter en Belgique ?
    @mochica74 – oui vive le « populisme » mais c’est ma dernière tentative

    J’aime

  8. A l’adepte de Mélenchon: que faire s’il appelle ensuite à voter DSK ou Audry ou Royal ou autre PS? Car, il ne faut pas se leurrer: il ne sera pas au second tour. On lâche tout ce pour quoi on a voté et on retourne dans le giron du P »S », qui a toujours su se débarrasser de l’aile gauche?

    J’aime

  9. moi nan c’est clair et c’est dit – appel de meluche ou pas je ne vote pas dsk au second tour et je me fiche de contribuer à l’élection éventuelle de Sarko – à la limite je préfère un sarko dur et brutal qui suscite de la réaction à un dsk souple et malin tout en douceur pour le même résultat –

    J’aime

  10. C’est de moi qu’on cause???
    Je ne suis pas « adepte  » de Mélanchon…. Je suis plutôt libre…. Mais l’exemple de l’Amérique latine me convainc (me convient) assez… Pour les idées. Le mieux c’est d’aller y faire un tour… ou deux!

    J’aime

  11. crois pas non – c’est juste ce que l’on craint tous – que meluche se range à la discipline d’union (pour x raisons stratégiques d’alliances électorales…) qu’il le fasse s’il le veut et pour tactiquement survivre mais il ne sera de toute façon pas suivi par ses troupes

    J’aime

  12. J’irai voter de toutes façons.
    Sans grande illusion. Et ça, ça n’a pas changé.
    Mais j’irai voter quand même.
    Je trouverai bien au premier tour quelqu’un dont les idées et le comportement se rapprocherait un peu de ce que j’attend d’un dirigeant politique.
    Quant au second tour …
    Si rien de folichon, je voterai …
    Blanc ou nul.
    Sans doute « Nul » ou « Cons ».
    Ou une photo de couilles bien burnées, histoire de bien faire remarquer que ça ne correspond à aucun des programmes des candidats (désolé pour la candidate éventuelle, mais je me vautre dans la métaphore)
    Ça fera au moins marrer les dépouilleurs de bulletins (s’il n’ont pas remis alors ces saloperies de machines à voter).
    Arf !
    Zgur
    voir http://zgur.20minutes-blogs.fr/archive/2009/06/04/abstention-piege-a-cons.html

    J’aime

  13. je me souviens que dans mon village, il était un électeur qui votait à chaque fois pour son cul. celui qui tombait dessus en dépouillant, un peu comme la fève, payait son coup à boire. A chaque élection, le votant mon cul avait son heure de gloire tout en restant anonyme –
    il faudrait faire une urne du votant mon cul inconnu qu’on fleurirait les dimanches électoraux au son du clairon

    J’aime

  14. Hé hé hé !
    Quel succès ! Repris par l’excellent Dazibaoueb. Tu vas réaliser une audience diabolique, n’en déplaise aux grincheux et aigris.
    De plus, estimant pour ma part, ton billet comme un de tes meilleurs, je l’ai twitté pour que tu sois le plus lu possible, et il a été repris par Rosselin qui t’aime beaucoup.
    Il faut promouvoir les bons billets sans état d’âme et en toute confraternité, saperlipopette !

    J’aime

  15. ah mais trop sympa mon cui cui – Dazibaoueb me fait l’honneur de me reprendre régulièrement (j’ai vu que tes notes aussi ) ainsi que Betapolitique et parfois disons 3 ou 4 fois par an, Rezo – pourquoi 3 ou 4 ? les voies de la toile sont impénétrables.
    Ah bon Rosselin bouge encore ? c’est une bonne nouvelle ça – il m’aime bien ? c’est une autre bonne nouvelle – après des débuts difficiles on avait trouvé nos marques – c’est donc réciproque.
    si tu as d’autres bonnes nouvelles…

    J’aime

  16. L »adepte de Mélenchon », c’était d’abord celui / celle du premier post, mais c’est également en général.
    Un vent souffle dans la gauchosphère et dans les milieux de gauche pour Mélenchon.
    Que celui-ci ait un autre discours, celui qu’on préfère entendre, c’est certain. Il a en plus du culot et de la répartie. Et ce serait moindre mal.
    Mais le problème, ce seront les alliances au second tour. Et qui c’est qui sera coincé?
    Parce que, si on est cohérent, on ne peut pas voter pour son antithèse au second tour.
    En plus, pour bien faire, il faudrait que toute la gauche vote JLM, ce qui obligerait le PS à regarder sur sa gauche.
    Mélenchon, le « vote utile »?
    Aux Européennes, je me suis fait incendier par les copains parce que je n’avais voté pour personne. Qui c’est qui n’est pas cohérent-e? J’ai voté non au référendum, je ne vais pas voter pour des gens qui vont perpétuer la race, non?
    Je suis d’accord avec toi, tgb, ti votes, ti votes pas, t’es « baisé » quand même, alors, après, c’est chacun qui voit.

    J’aime

  17. hé hé !
    Avec ma grande gueule, suite à ce que je considérais comme des injustices envers le Village des NRV, je me suis fait mal voir par Rosselin et Narvic.
    Bétapolitique qui, même si j’écris le papier du siècle, ne me diffusera jamais, idem pour le sclérosé et chiantissime Rézo.
    Je ne pourrais jamais faire partie d’une Cour ou d’un parti politique, moi… -DDD
    Sur le Net, vaut mieux ne pas trop l’ouvrir pour obtenir quelque visibilité… (un prochain billet)
    Hé hé, on ne se refait pas !
    Ribellu ! Comme on dit chez nous, en Corse…

    J’aime

  18. tgb, wikipédia est mon ami: « Un électeur qui ne se rend pas aux urnes peut se voir infliger une amende de 25 à 50 €, et jusqu’à 125 € en cas de récidive. Si l’électeur ne se présente pas à 4 reprises dans un délai de 15 années, il sera rayé des listes électorales pour 10 ans. En outre, pendant ce laps de temps, il ne peut recevoir aucune nomination, ni promotion ou distinction d’une autorité publique. Dans la réalité, aucun Parquet ne poursuit les électeurs qui ne sont pas allés voter, notamment en raison de l’encombrement des tribunaux, ce qui n’est pas vrai par contre pour les assesseurs qui n’ont pas justifié préalablement leur absence au bureau de vote. »
    Jamais rien vu venir. Et maintenant que je vis en France…

    J’aime

  19. @meriem,
    En France nous avons un gouvernement qui non gouverne sans qu’il soit nécessaire de non voter pour ça , d’où notre laxisme relatif en la matière.
    Il est vrai que notre gouvernement se repose désormais sur la bienveillance des marchés ( qu’il a su habilement se concilier ) pour pourvoir à tout.
    Il ne s’agit donc plus que d’apaiser l’ire hypothétique de ces ombrageux marchés ( par divers rites sacrificatoires ) pour éviter leurs manifestations de colère imprévisibles ( même par M.météo et ses dindes ) et les intempéries qui en résultent : chûtes de neiges et pagailles .

    J’aime

  20. Non non, Birenbaum et Falcon invités par Sarko, ce sont des blagues, tgb !
    En tout cas, seuls des blogueurs influents sont invités à l’Élysée (Authueil à coup sûr, Versac, et peut-être Koztoujours ?).
    On verra après demain Jeudi… Mais je sens un tas de blogueurs dits de gauche prêts à sauter le pas ! 😉

    J’aime

  21. Une autre devise Shadoc
    « S’il n’y a pas de solution, il n’y a pas de problème »….
    Et pendant ce temps, Mimi passe le chasse-neige!

    J’aime

  22. @ cui cui – avec moi c’est l’absolu ou rien – c’est pas de moi c’est de Antonin Artaud mais j’aime bien – surtout un peu bourré
    @mochica74 – je l’aime bien celle là (le boudhisme dit à peu prés la même chose) – quant à Mimi vu qu’il est la solution il a forcément un problème – ça lui apprendra à jamais laisser de commentaire
    @zgur – la pondération ternaire ne me parait pas idiote mais ça n’arrange pas les affaires de l’utopie

    J’aime

  23. si Melanchon se desistait au second tour pour un socialiste? eh bien je voterai socialo autant pour le plaisir de virer l’actuel locataire de l’Elysees que par ideologie…a choisir entre deux solutions autant adopter la moins pire

    J’aime

  24. la moins pire des solutions socialistes ? un peu comme en Grèce, au Portugal, en Espagne où au premier coup de sifflet tout le monde se couche devant la loi du marché !!!
    les socialistes en peau de lapin ? merci bien !!!

    J’aime

  25. Mon pauvre tgb …
    tu mesures l’accablante aliénation inhérente à la démocratie de marché , qui repose sur une conception de la liberté, c’est à dire de l’action d’une volonté « libre » , se résumant à la possibilité d’un choix .
    Peu importe qu’on ai le choix entre deux petits pois rances, l’important c’est qu’on ait le choix … entre deux paquets de lessives ou entre flanby , iznogoud et haroun el poussah .
    Comme un philosophe de notre connaissance l’a souligné le « que faire » se transforme en « pour qui voter ? » .
    Et la profondeur de cette illusion, son enracinement subliminal se mesure aux propres termes de ton interlocuteur qui parle de « solution » quand il entend justifier un action aussi nihiliste que celle à laquelle il se sait acculé !
    De quel problème le « choix » (« le moins pire » ) est il la « solution » ?
    Certainement pas un problème politique, du moins si la politique ne se résume pas à l’expression de caprices puérils dont le seul objet est d’exprimer son dépit en rejetant un jouet ou un nounours dont on s’est lassé, et qui se satisfait donc de pouvoir en « choisir librement » un autre … quel qu’il soit .

    J’aime

  26. c’est pas mal aussi cette notion « du moins pire »
    je me vois bien entrer dans une librairie, disons au hasard l’excellente maison Tropiques, et demander tout à trac à l’érudit libraire comme ça : dites moi monsieur l’érudit libraire qu’est ce que vous avez comme roman le moins pire et conseillez moi le moins pire des philosophes que vous avez en rayon sinon et c’est pour offrir qu’est ce que vous avez comme « beau livre » en moins pire ?
    on avait le style Empire on a maintenant le style ‘Lemoinspire » toute une époque !

    J’aime

  27. Oui c’est l’époque où on prétend se limiter à cette seule certitude : celle que le pire est assuré .
    Mais nous y serions en démocratie ( ouf ) puisque nous y aurions le choix … des pires .
    Cette illusion est surtout néfaste en ceci que , comme toute illusion, elle détourne du réel ou pourtant l’exercice « libre » de la volonté n’est aucunement limité à celui de case à cocher dans un QCM de sondages, il y (re)devient simplement un véritable problème, et en tant que tel appelle des solutions qui permettent de le résoudre .
    « Que faire » donc … et le désarroi accablé et impotent des gens , sans doute sincères qui te répondent ainsi qu’il a été répondu plus haut, vient simplement du fait qu’ils ont réduit cette question fondant toute « volonté » politique à : « pour qui voter » … qui est l’axiome de l’aliénation nihiliste instruite par la démocratie de marché.
    Il suffit donc de se poser la question ainsi :
    « que faire « , en dehors de voter puisque nous savons d’expérience que ça n’est certainement pas en votant ( dans un y système représentatif ) qu’on change quoique ce soit de ce qu’il s’agit de changer ( car ainsi on change simplement la place et la sinécure des « représentants » , on change ( un peu) de jouet et de manière d’en jouer ).
    Évidemment c’est une question plus compliquée , et il n’y a pas de QCM avec des cases à cocher …

    J’aime

  28. le plus sinistre dans cet article est la façon dont son auteur se place dans la perspective de ce qu’il fera, ou qu’il ne fera pas, en… 2012 : bref il tient pour acquis qu’il ne fera rien, d’ici là.
    Tout cela n’est pas sans rappeler le propos de ces gens qui peu de temps après le 10 mai 1981, ayant compris qu’ils s’étaient faits empapaouter de manière peu ordinaire, faisaient savoir d’un air grave, à qui voulait bien les entendre : « la prochaine fois je ne revoterai pas pour eux », sic. Bref : les saucialistes-à-la-française étaient assurés de pouvoir dormir tranquilles pendant sept ans, avec ces électroencéphalographiquement plats !

    J’aime

  29. rue-affre, le blog où tu lis les commentaires avec les sourcils froncés et la joie au cœur.
    Je suis toujours avec ma question « que faire? », je suppose que je vais finir par y répondre!
    J’aime bien cet endroit.

    J’aime

  30. @luc nemeth – d’abord si je fais quelque chose d’ici 2012 je ne te le dirais pas ici, ensuite, comme j’ai bien compris que tu allais agir, je sais donc maintenant que je peux compter sur toi pour tout changer
    @meriem – que faire ? compter sur luc nemeth !!!

    J’aime

  31. Perso, et sans pouvoir totalement motiver cet avis (fondé sur une première analyse très superficielle), j’aurai tendance à penser que luc nemeth n’est pas forcément le bon cheval pour 2012 …

    J’aime

  32. Tiens, je viens de voir que la blogogogôche, il y a dans l’air d’appeler à voter « utile » dès le 1°tour. Il fallait s’en douter, mais ça va mieux en le disant.
    Les agités du cyberbocal veulent juste virer sarko, le reste on s’en bat l’œil. « Mieux vaut DSK que sarko » sera le prochain slogan, je suppose. Bonjour le rêve d’émancipation des peuples.
    Tout ça, rapport à 2002, où, si Jospin a perdu, c’est la faute à ces cons d’électeurs qui sont allés disperser leurs voix qui au FdG, qui à Besancenot, qui au POI, etc. Rien à voir avec la politique de Jospin, évidemment, qui était tout à fait conforme à ce que la gauche attendait.
    Le Monde, lui ne voit que trois candidats: sarko, dsk et le pen.
    On est bien dans la ligne, donc.

    J’aime

  33. ah non rien à voir avec la politique de Jospin qui d’ailleurs se refusait à faire une campagne de gauche et faisait très attention à ne jamais prononcer le mot « ouvrier »
    quant au « Monde » (voir le lien plus haut) – Fontenelle nous explique ça très bien

    J’aime

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :