Le vote inutile de l’idiot utile


« Que feriez-vous au second tour si celui-ci devait opposer Jean-Luc Mélenchon à Nicolas Sarkozy ? » « Je ne répondrai pas à votre question. »
déclare le dirigeant de la non gauche socialiste, Michel Sapin, idiot utile de l’émission « mots croisés » à Yves Calvi.

Fort civiquement pourtant, la non-gauche socialiste a tenu à ébaucher un début de réponse ce week-end  à Noisy-le-sec, qu’un simple clic, en votre aimable curiosité, permettra d’assouvir.

Ce qu’il y a de bien avec nos socio-démocrates préférés, c’est qu’on est jamais déçu. On s’attend au pire : ils font mieux.

Il m’est arrivé dans ma vie de voter utile. Il m’est même tellement arrivé dans ma vie de voter utile que je ne me souviens plus avoir voté autre chose qu’utile depuis un certain temps.

En me bouchant le nez

Chirac, Royal…

Ce fut tellement utile que le Front National est aujourd’hui aux portes du gouvernement et que le choix prochain risque de se résumer à Strauss-Kozy puis Valls-Copé.

C’est dire si le vote utile est utile.

Mais que je ne cède pas à la culpabilité de ne pas voter utile, et me voilà consacré illico par la police de la pensée subtile, idiot utile du Sarkozisme et le piége honteux et misérable de se refermer sur moi.

Pourtant il faudrait se demander déjà, si voter est utile.

J’ai voté non au référendum du traité de Maastricht , suivant pour une fois mon intime conviction ; ce fut si redoutablement utile qu’on rendit mon vote inutilisable.

M’en souviendrai.

Voter utile ou inutile c’est un peu comme prôner la rigueur ou ne pas la prôner : dans tous les cas, on finit par dégrader ton AAA.

A ce jeu-là autant se la faire au feeling, et oublier toute pseudo stratégie.

Parce que si voter utile c’est voter Strauss Kahn pour ne pas se retrouver l’idiot utile du Sarkozisme, il se pourrait bien que voter DSK soit le plus sûr moyen de devenir l’idiot utile du FMI.

Strauss Kahn n’ayant pas plus d’idée que Sarkozy ou la même, je n’exclue donc pas que le vote utile ce coup ci, soit strictement inutile.

Je voterai donc, si je vote, assurément et sans complexe absolument comme j’en ai envie. Et que personne, personne ne vienne en juger à ma place.

Quitte à être un idiot utile, je serai mon propre idiot utile à moi.

Avec un peu de bol ça pourrait m’être utile.

tgb

Publié par rueaffre2

TG.Bertin - formation de philo - consultant en com - chargé de cours à Paris 4 - Sorbonne - Auteur Dilettante, électron libre et mauvais esprit.

60 commentaires sur « Le vote inutile de l’idiot utile »

  1. 50 commentaires (51 maintenant)! je vote pour tgb!
    En effet, Sébastien Fontenelle, dans un accès de génie 😉 nous a bien expliqué cela. Je n’avais pas vu le lien. Bis repetita placebo 😉 …

    J'aime

  2. plus je relis cet article, et moins je comprends cette fixation anti-DSK : est-on ici en train d’insinuer que la marie-pimbèche Ségolène Royal, ou que la fille-son-père Martine Aubry, si éventuellement élue(s), mènerai(en)t une politique différente de ce gros, plein de soupe ? Peut-être l’une ou l’autre prendrait-elle un air vaguement navré pour faire, ce que celui-là ferait, sourire aux lèvres… Mais dans les FAITS : je ne suis pas sûr, que le résultat serait très différent.

    J'aime

  3. Ah bon? il y en a qui ont dit qu’ils préféraient les deux autres?
    On parle de DSK parce que c’est celui qu’on veut nous mettre dans les pattes pour remplacer Sarko, la vulgarité triomphante en moins. « ON » étant le Capital.
    Et pour ce dernier, les deux autres sont moins fiables. Elle risqueraient de se laisser aller à quelques mesurettes sociales. Alors que c’est NIET.

    J'aime

  4. emcee, tu es en train de jouer sur les mots : il n’y en a peut-être pas ici qui ont dit qu’ils « préféraient les deux autres », mais on est bien en présence d’un discours du type ni-DSK-ni-Sarko, là où je n’ai pas entendu ce discours à propos des deux autres…
    Tu te livres par ailleurs à un acte de foi, et qui n’engage que toi-même, lorsque, te mentant à toi-même, tu nous dis que les deux autres « risqueraient de se laisser aller à quelques mesurettes sociales ». Et pourquoi pas : mon-cul-sur-la-commode, comme disait la chanson…
    Mais j’en viens à la partie la plus discutable de ton propos, à savoir, l’affirmation que DSK serait : celui qu’on veut nous mettre dans les pattes.
    En aucune façon, je le précise, je ne pose mon point de vue comme étant supérieur au tien (de toute façon la politique-fiction en matière de candidats est un domaine dont je me désintéresse totalement).
    Mais enfin, il y a quelque chose qui m’intrigue.
    Si on en croit, ce que les journaux nous disent des sondages : DSK aurait des chances d’être élu, face au hideux-hibou ; tandis que face à la ségaude, celui-ci l’emporterait les doigts dans le nez.
    Et ces journaux, feraient le jeu de DSK ?
    C’est possible.
    On a même pu dire qu’en 1981, vu le degré d’impopularité atteint par Giscard, la frange éclairée du patronat souhaitait la victoire de Mitterrand.
    Mais ça demande, à tout le moins : à être démontré.

    J'aime

  5. Elections , piège à cons !
    Il n’y a pas à en démordre .
    Je confirme également la motion de tgb faisant de Luc Nemeth le meilleur candidat pour la présidentielle de 1981 et pour la suite je le propose au poste toujours vacant occupé jadis par Geneviève Tabouis ( qu’Arlette Chabot est très loin d’avoir fait oublier ) .

    J'aime

  6. vous me faites grand honneur, urbain. Le poste toujours vacant occupé par Geneviève Tabouis était celui de journaliste à « L’Oeuvre ». Elle s’y livrait à des commentaires qui étaient loin d’être idiots. Je me garderai bien d’en dire autant à votre égard.

    J'aime

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :