Nos justes

Chacun est seul responsable de tous. St Exupéry

En ces fêtes de noël, je voudrais dire toute mon admiration et ma gratitude à ces montagnards qui montent au col de l’Echelle par -15C au secours des migrants. Je voudrais marquer mon respect à cette cordée solidaire qui sauve l’honneur et la dignité de ce triste pays, qui remet simplement de l’humanité dans cette France start-up, glacée et sans pitié, qui traite l’autre comme on aimerait dans cette situation, être traité.

Toute ma reconnaissance aux gens de la montagne qui ne se résignent pas à ramasser les cadavres au printemps, qui ne se contentent pas, indifférents, de ranger les gens errants, les pieds gelés, traversant les cols enneigés, les frontières d’Italie, dans d’abstraites statistiques.

Merci à ces villageois, à ces professionnels de la montagne, qui ont de commun avec les gens de la mer de connaître la cruauté de la nature, le danger des éléments et qui ne pouvant se résoudre à abandonner des frères humains, offrent un refuge aux réfugiés dans les règles élémentaires de l’hospitalité,

tandis qu’ailleurs un pauvre larbin tout à son objectif de résultat dans un monde toujours plus crétin et désincarné verbalise deux fois un SDF en 15 mn pour occupation abusive des trottoirs et pour quête.

Merci oui à ces femmes à ces hommes, dans ce monde où les riches sont monstrueusement trop riches

et les pauvres désespérément trop misérables,

qui sans faire dans la métaphore à 2 balles savent eux le principe même de la cordée.

On se sauve tous ensemble du premier au dernier, les uns assurant les autres, ou l’on dévisse tous ensemble mais pas l’un sans l’autre, pas l’un contre l’autre.

Personne ne se sauve au détriment des autres.

J’en profite ici pour cracher au visage de tous ces salopards encravatés mon mépris en leur déniant tout droit de parler à ma place.

Qu’ils assument au moins leurs saloperies et leur obscène indignité en leur nom propre ou sale.

Pour avoir gravi aussi quelques sommets de mes alpes chéries, je sais avec mes pieds mes mains, mes fatigues, mes épuisements, mes angoisses des séracs, des crevasses, des avalanches, des éboulis et mes ivresses des cimes et des copains, que même si seul l’on va parfois plus vite, ensemble assurément l’on va forcément plus loin.

tgb

Share|






Publié par rueaffre2

TG.Bertin - formation de philo - consultant en com - chargé de cours à Paris 4 - Sorbonne - Auteur Dilettante, électron libre et mauvais esprit.

12 commentaires sur « Nos justes »

  1. Je suis toujours fasciné par la « force de frappe » des phrases de St Exupéry (« Je suis de mon enfance comme d’un pays »… »La vie crée l’ordre, mais l’ordre ne crée pas la vie », etc…)
    Il y a un Macron coté façade (avec Delahousse) et un Collomb à l’arrière. (« Acceuil de merde »)

    J'aime

  2. perso je tiens « vol de nuit » pour un absolu chef d’oeuvre limpide –
    Collomb finira avec du sang sur les mains il a la tête du con qu’il est et du lampiste c’est certainement un des maillons faibles de la politique de macron :l’injustice érigée en morale
    mais en ces jours de fêtes gloire à nos justes

    J'aime

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :