Son et lumière à Gaza

01.jpg

Depuis les hauts de Sdérot, on peut admirer les bombardements sur Gaza.

Oh la belle bleue ! oh la belle rouge ! oh la belle bombe phosphorescente ! oh le beau « dime » fluorescent ! d’applaudir et de s’esbaudir en famille les colons réjouis.

La mort comme un spectacle a ceci de particulier qu’elle arrive à ôter toute humanité au plus sensible des spectateurs, au plus éclairé des peuples, d’illustrer, comme le disait l’impayable Botul, « la barbarie à visage humain » ou le conceptualisait l’immense Hannah Arendt, » la banalité du mal ».

Depuis que dans ce monde renversé la norme est à exiger du dominé qu’il fasse des sacrifices, à la victime qu’elle se culpabilise, au faible qu’il rende les armes, il est de bon ton de s’excuser devant le dominant, de plaindre le bourreau, de défendre le fort.

Et tandis qu’à travers le paillasson qui nous sert de président, la France des lumières qu’elle a mis en veilleuse depuis belle lurette demande courtoisement à Israël de « faire preuve de mesure dans sa riposte » contre Gaza face aux tirs de roquette de la part du Hamas que « nous condamnons », bref de massacrer avec modération, notre ambassade offrira à Tel Aviv, en ce 14 juillet, un bal solidaire avec feu d’artifice qui ne jurera pas ou si peu dans les détonations ambiantes.

Tout à la gloire d’une armée à chasser le gibier dans un zoo, en l’occurrence ici une bande de 41 kms de long sur une largeur de 6 à 12 de large, sorte de souricière à 4672 habitant au km2, on peut toujours arguer subtilement que le Hamas utilise sa population comme bouclier humain plutôt que de la laisser se réfugier dans des montagnes virtuelles.

On n’est quand même pas à un petit foutage de gueule près.

Oui, pour ces salauds de pauvres, pour ces enfoirées de victimes, pour ces bébés terroristes, dans cette énorme arnaque de l’escroquerie humanitaire et des droits de l’homme quand ça m’arrange :

the show must go on !

tgb

http://s7.addthis.com/js/250/addthis_widget.js#username=xa-4cf6622238991a5a

Publié par rueaffre2

TG.Bertin - formation de philo - consultant en com - chargé de cours à Paris 4 - Sorbonne - Auteur Dilettante, électron libre et mauvais esprit.

12 commentaires sur « Son et lumière à Gaza »

  1. Le pédagogue:
    QUE SONT-ILS ?
    Ils montent les coups les plus inimaginables.
    Pratiquent les manipulations les plus incroyables.
    Servent les mensonges les plus éhontés.
    Et continuent de commettre les crimes les plus horribles.
    Que sont-ils ?
    « De la cendre qu’emporte le vent en un jour de tempête ».

    J'aime

  2. En voilà une autre qui, en plus des journaflûtistes et politichiens, a à en apprendre à Abd Al Malik et autres Grand Corps Malade…

    J'aime

  3. « ce que nous avons perdu en chemin, c’est le sens de la densité et de l’interdépendance de la vie humaine, qui ne pourra jamais être ni réduit à une formule, ni écarté comme hors sujet. »
    Tu seras très certainement sensible à la voix de Said et de la qualité de ce rare journal ou l’article est toujours à pour-suivre.
    http://www.monde-diplomatique.fr/2003/09/SAID/10386

    J'aime

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :