Barbok solférinien

 J’aime beaucoup cette photo.

Elle incarne parfaitement le génie français de l’innovation, alliant harmonieusement démerde et usine à gaz, dans un choc de simplification toute solférinienne pour une meilleure compétitivité.

Oui, trop de normes écologiques, sociales et sécuritaires nuisent forcément à la productivité.

Libérer la croissance c’est faciliter les initiatives, l’entrepreneuriat et la mise en concurrence libre et non faussée.

Cette photo illustre à merveille le sens tout en équilibre de la synthèse hollandaise, résistant à la surenchère syndicale tout en cédant avec mesure à la surenchère patronale dans le cadre d’une conférence sociale où la CFDT toujours prévenante fournit le sparadrap.

Dans cette exaltante perspective de dérégulation générale, misons avec confiance sur la responsabilisation des acteurs économiques, privatisons rail et nucléaire pour plus de performances et de profits à la Bretigny, repoussons à la Saint François toute avancée sociale, sous les injonctions d’un Pierre Gattaz qui sur la question de la pénibilité en connaît un rayon.

On sent intuitivement, avec le dynamique Valls souhaitant « sortir la France de ses blocages » et à la vue de cette photo emblématique, que le laboratoire gouvernemental du pragmatisme libéral à la Manu, ne peut que réussir.

tgb

Publié par rueaffre2

TG.Bertin - formation de philo - consultant en com - chargé de cours à Paris 4 - Sorbonne - Auteur Dilettante, électron libre et mauvais esprit.

11 commentaires sur « Barbok solférinien »

  1. Je ne comprends pas du tout ce que font ces kékés sur la photo, parfaite illustration du plan à 5 ans de notre président !!!

    J'aime

  2. Le  » pragmatisme libéral à la Manu » est une sorte de trou noir de la pensée de la gauche. Et pourtant à gauche il y a de la matière, par exemple le pragmatisme vu par Jacques Sapir: http://russeurope.hypotheses.org/2433
    Ou encore les sociologues allemands Lohoff et Trenkle qui viennent de publier « la grande dévalorisation ». Une analyse qui s’oppose aux politiques austéritaires: « ce n’est pas la société qui a vécu au dessus de ses moyens, mais le capitalisme qui s’est développé au dessus des rapports sociaux qu’il avait constitué,et qui a créé un potentiel de richesses qui n’est plus compatible avec sa logique de fin en soi bornée »

    J'aime

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :