Manu, ventriloque !

Ainsi donc, d’après notre ventriloque premier ministre qui fait dans la prosopopée, « Jean Jaures aurait voté le pacte de responsabilité ».

C’est bien aimable à lui !

Notre médecin légiste de la politique droitière donc, fait non seulement parler les morts, sorte d’autopsie du cadavre historique, mais de plus les fait agir…

Bref, fait dans la rhétorique de cimetière.

Il est vrai que quand on est furieusement libéral et atlantiste, s’approprier une figure de gauche décomposée, la faire parler et agir à sa place n’a que des avantages : non seulement elle ne risque pas d’ouvrir sa gueule et de porter la contradiction, mais en plus elle permet de s’offrir un argument d’autorité gratos et un petit vernis socialiste à peu de frais.

Il faut dire que le pantin Valls aime se faire manucurer la mimine gauche tandis que sa main droite nous vient dans la tronche.

A ce jeu-là et vu l’état de la culture historique en ce pays on aurait tort de se gêner et de ne pas soutenir que Martin Luther King ou Mandela auraient voté Jean-Marine Lepen, que Gandhi aurait validé les guerres d’Irak de Libye de Syrie et tutti quanti, que Léon Blum aurait porté la retraite à 70 ans et pris sa carte à la CFDT, tandis que De Gaulle aurait signé direct le traité transatlantique en embrassant les ricains sur la bouche alors que Chavez votait Flanby sans même le démouler en 2017.

Mais quitte à s’approprier les morts, on peut aussi bien, à l’inverse, s’accaparer les vivants et jurer que Valls aurait rejoint Franco durant la guerre d’Espagne, que Sapin aurait collaboré avec les nazis en 40 et que François Hollande aurait fait une politique de gauche en France si un Geerd France avait été élu en Hollande.

Bref, si ma tante en avait, on l’appellerait mon oncle.

Surfer sur les âmes de nos héros, instrumentaliser à coups de scalpel médiatique, Jeanne d’Arc, Jean Moulin ou Guy Moquet, faire de la tambouille historique, de « la guerre c’est la paix » et de la novlangue pour les nuls, permet à nos politiques charognards de vendre leurs fadaises tout en dévalorisant tout et en nourrissant allègrement le grand n’importenawak.

Quitte à être gouverné par des morts vivants en pleine pourriture pourquoi ne pas installer directement le gouvernement au panthéon.

Aux grand hommes la patrie reconnaissante, aux petits, la patrie méprisante !

tgb

Publié par rueaffre2

TG.Bertin - formation de philo - consultant en com - chargé de cours à Paris 4 - Sorbonne - Auteur Dilettante, électron libre et mauvais esprit.

15 commentaires sur « Manu, ventriloque ! »

  1. Le Mépris…et l’oubli. Ces pantins fin de régime ne laisseront guère de traces dans l’Histoire, sinon celles de leur aveuglement criminel et de leur méfaits anonymes…La poubelle est archi-pleine !

    J'aime

  2. Y eût-il dans le passé des périodes aussi fangeuses ? Il n’y a pas que les algues vertes, qui empoisonnent.
    Aux XVIIe-XVIIIe siècles, le cynisme conscient et assumé n’était pas aussi généralisé, surtout au monde entier.

    J'aime

  3. C’est un pourrissement une décomposition générale à laquelle on assiste sauf qu’on ne sait pas du tout ce qu’il y a derrière

    J'aime

  4. La perte de tous sens, de toutes vérités, de toutes logiques, et au final de toutes pensées conscientes de la vox populi et des ses cerveaux; voilà le but ultime recherché par la Bête immonde qui nous a envoyés ses pantins…

    J'aime

  5. Manu, roi de la prosopopée ( et ça passe sans soulever la moindre contradiction ) , roi de l’ anaphore ( puisque ça a marché pour le futur ex, comme quoi la politique politicienne, c’est vraiment du n’ importe quoi ),…
    Et on nous impose ça à longueur d’ infos .
    Et ça remplit le vide, qu’ont laissé toutes ces figures, qui n’en peuvent plus de se retourner dans leur tombe .

    J'aime

  6. bienvenue dans la grande décérébration – cela dit glander en tongs cet été à penser à rien ou à l’apéro me fera le plus grand bien

    J'aime

  7. Perso, j’ ai été assommée par le décès d’un ami très cher …j’essaie de me réintéresser à tout ça …c’est dur, dur .
    Bonnes vacances à toi !

    J'aime

  8. bon courage à toi turandot – c’est vrai qu’il est parfois vital de fuir toutes ces tristes vanités et ces bouffonneries – finalement si on était raisonnable ce serait de ne plus s’intéresser à ces cuistres
    pas encore en vacances mais bon ça va viendre !

    J'aime

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :