Si les ennemis de mes ennemis….(suite et fin)

Le féroce Bachar el Assad est un amateur.

Plutôt que de massacrer une partie de sa population au vu et su de tous les Pujadas du monde, il eût été préférable pour sa pomme, à l’instar des monarques de droit divin du Qatar, d’Arabie Saoudite et autres émirats d’opérette, de buter du peuple yéménite ou bahreïnien en catimini sous le regard pudique de la communauté internationale !? (entendre occidentale) dénonçant l’islamo-fasciste par ici tout en s’alliant avec ses financiers par là.

En effet plutôt que d’endosser le sempiternel rôle du grand méchant à moustache, il eût été plus astucieux pour Assad, de financer du groupe salafiste de ci de là, du terroriste plus ou moins alqaïdé, du crétin Merah instrumentalisé, tout en maintenant consciencieusement ses délicieuses coutumes locales consistant à lapider les femmes adultères, à trancher les mains des voleurs, à maintenir en esclavage le petit personnel dans un obscurantisme d’octogénaire gâteux bien senti.

Oui, plutôt que d’écraser une « révolution » sans doute une guerre civile et plus sûrement un conflit communautaire exacerbé par de sombres calculs géostratégiques, il eût été plus efficace, le cul serti de diamants sur son petit tas d’or noir s’il en avait, d’appeler sans rire, avec la bénédiction impériale, à la liberté du voisin tout en interdisant à sa femme de conduire la bagnole.

Au jeu du double jeu à Ryad, tout le monde n’a pas la chance de compter parmi sa population une vingtaine de jeunes gens ayant foutu en l’air deux « twin towers » du côté de Manhattan sans que l’empire n’en garde trop rancune.

Le bien cruel quoique laïc Assad est un amateur.

Plutôt que de commercer connement avec russes et chinois, il eut mieux fait de s’offrir le PSG, 2% de Total , 5,6% de Vinci, de Veolia, 10% de Lagardère, d’arroser les banlieues et de voiler ses moukères au Concorde Lafayette ou au Martinez sans que la maréchaussée y vienne dresser procès verbal.

N’ayant pas encore compris que la mode était au wahhabisme des plus réactionnaires plutôt qu’à la dictature militaire, Assad fait manque ici d’un professionnalisme déplorable dénoncé avec subtilité par le plus grand philosophe Botul de tous les temps, expliquant avec cette pertinence assortie à sa chemise qu’il y a charia ET charia suivant que ça l’arrange ou pas.

Bref, sur l’échiquier mondial, pendant que les petits cœurs kouchnérisés de France s’émeuvent à trier les souffrances, la partie se joue entre sunnisme et chiisme jusqu’à devoir choisir comme toujours et sans trop de nuances, le drapeau des Saoud ou celui de l’Iran, bientôt sur vos écrans.

Si les ennemis de mes ennemis ne sont pas forcément mes amis, les amis de mes amis sont souvent de sacrés salopards.

tgb

Merci à Urbain pour la photo montage et à Jacqueline pour le lien vidéo

Publié par rueaffre2

TG.Bertin - formation de philo - consultant en com - chargé de cours à Paris 4 - Sorbonne - Auteur Dilettante, électron libre et mauvais esprit.

8 commentaires sur « Si les ennemis de mes ennemis….(suite et fin) »

  1. ‘ai vu cette vidéo, qui était signalée par Pourrito sur twitter . Un article de Cheminade : pas tout à fait le même point de vue que notre Sarko…oups.. Hollande national (pas trop vu le changement) :
     » Syrie, l’honneur de dire non  » , du
    mardi 28 août (je ne te mets pas l’adresse sinon ton antispam me « bouffe » )

    J'aime

  2. @ tgb
    moi je déprime parce que j’ai de plus en plus de mal à défendre l’indéfendable, je veux parler de tonton vladimir, que de mon point de vue je préfère encore à l’oncle sam 😉 vietnam et tchétchénie, même cause même combat…
    des fois quand je réécoute ce chef d’oeuvre des stones où jagger évoque lucifer dans le cours des affaires des petits hommes sur Terre, je me dis que le rock est encore ce que l’humanité a inventé de mieux pour voir la lumière !
    mais qu’est-ce qui leur a pris à ces bolcheviques quasiment sataniques de s’en prendre aux Romanov ?
    quelle f. erreur de casting faut avouer mon dieu que ce raspoutine aussi peu aimable alors que visiblement il était envoyé pour redresser la barre… et qu’il suffisait peut-être de tolstoïser gentiment la sainte russie, pour éviter le scenario à la dostoïevski.
    hélas l’occasion l’herbe tendre et quelques méchants démons les poussant tous, voilà où nous en sommes aujourd’hui, de diablerie en diablerie ;-(
    moi si je pouvais je repartirais en vacances jusqu’à ce que ça finisse bientôt par mal se terminer tout ça, tant qu’à faire autant farnienter!
    franchement qu’est-ce qu’il nous en reste encore à cirer de ce cirque infernal ?

    J'aime

  3. pour avoir pris de la distance durant 2 mois par hygiène mentale bienheureux les simples d’esprit et vive l’insouciance – sauf que ça va finir par nous tomber dessus et que je préfère encore le voir venir pour anticiper

    J'aime

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :