Relativement périmé !

« Ceux qui aiment marcher en rangs sur une musique: ce ne peut être que par erreur qu’ils ont reçu un cerveau, une moelle épinière leur suffirait amplement ». Albert Einstein.

Si, selon l’expérience fascinante des chercheurs du Cern, qui reste à confirmer tant elle serait révolutionnaire, les neutrinos vont plus vite que la lumière, c’est donc que la théorie d’Einstein, « cette limite infranchissable » est en partie caduque.

On le sait, une théorie est vraie tant qu’elle n’est pas réfutée. Toute vérité n’est donc que « relative » et provisoire.

Amis de la science-fiction, de l’utopie et de tous les possibles, si donc on peut aller plus vite que la lumière, alors et c’est tout simplement prodigieux, on peut remonter le temps.

Et ça tombe bien, vu que j’ai deux mots à dire à Adam Smith et comme le besoin irrépressible de foutre mon pied au cul de Milton Friedman.

Car si même la théorie du génial Einstein est dépassable, que dire alors du dogme fumeux et régressif de l’arnaque TINA : Il n’y a pas d’alternative.

Je vous laisse méditer sur ce « IL N’Y A PAS… » Sur ce que ce « IL N’Y A PAS… » induit en termes de structure de pensée.

Cette incitation monstrueuse à renoncer.

Cette injonction morbide à se contenter.

Cet encouragement pervers à se résigner.

Cette fabrication mentale de l’acceptation.

IL N’Y A PLUS ni à inventer, ni à contester, ni à espérer, ni à créer, ni à tenter, ni rien à penser autrement. IL N’Y A PLUS ni à franchir, ni à s’affranchir, ni à évoluer, ni à s’améliorer, ni à proposer, ni à exercer son libre-arbitre, ni à s’émanciper.

Il n’y a plus que ce qu’il y a. Ce qui a été décidé qu’il y aurait.

Ce « IL N’Y A PAS, IL N’Y A PLUS « est le cadre parfait de la pensée carcérale, de « la servitude volontaire » du consentement mental à se soumettre.

Or qu’est ce qu’une humanité renonçant à la liberté de l’utopie si ce n’est une termitière ?

Ce que nous enseigne fort à propos l’expérience du Cern c’est que précisément tout est dépassable et franchissable et contestable, qu’il n’y a ni limites ni barbelés à la toute pensée humaine.

Ce que nous enseigne l’expérience du Cern, c’est que si les scientifiques eux-mêmes avaient définitivement admis comme infranchissable la théorie d’Einstein alors, ils n’auraient même pas essayés de s’y confronter.

A l’heure du délitement et de l’effondrement politique, économique, écologique et moral, au moment même où ce monde de l’ultra compétitif crétin part en sucette, où l’on assiste enfin à l’agonie obscène de cette putain de Tina, où ce capitalisme en phase terminale rebaptisé in extrémis pragmatisme crève la gueule ouverte, IL Y A nécessité urgente et vitale comme jamais d’une alternative.

Car non seulement IL Y A une alternative mais il n’y a QUE des alternatives.

Des centaines, des milliers, des milliards d’autres possibles.

Oui il y a et tout est dépassable, et la dette et le CAC 40 et le productivisme et ce vaste bordel nommé en toute indécence sans même d’ ironie : nouvel ordre mondial.

OUI IL Y A, IL Y A forcément puisque le IL N’Y A PAS serait la négation et le tombeau même de l’humanité.

tgb

Publié par rueaffre2

TG.Bertin - formation de philo - consultant en com - chargé de cours à Paris 4 - Sorbonne - Auteur Dilettante, électron libre et mauvais esprit.

27 commentaires sur « Relativement périmé ! »

  1. Excellentissime.
    Tout est dit et bien dit dans un langage clair, net et précis.
    Vive l’imagination, la créativité et l’invention ! Mettons au rebut tous nos vieilles théories rapiécées ou en lambeaux du 19ème siècle.

    J'aime

  2. Euh … bon.
    D’abord « si donc on peut aller plus vite que la lumière, alors et c’est tout simplement prodigieux, on peut remonter le temps »
    1) « On », là, c’est les neutrinos, c’est pas toi ni moi (ou alors tu es vraiment un neutrino, et on m’aura menti ….)
    2) Vieux comme mes robes, le paradoxe d’E.P.R. (Einstein-Podolsky-Rosen) est précisément basé sur le fait que dans certaines expériences « tout se passe comme si » certaines particules parcouraient le temps d’une façon rétrograde.
    D’autre part la vitesse de la lumière est immuable à l’incertitude quantique près, en d’autres termes comporte une variabilité, infime, mais irréductible.
    C’est ce type d’incertitude qui fait qu’ultimement les prévisions sur les trajectoires des particules ont TOUJOURS quelque chose d’imprécis, la précision n’étant obtenue que par du calcul de probabilités. Ça a un siècle aussi, ce genre de considérations.
    Quant à T.I.N.A, je n’ai jamais compris qu’on puisse utiliser sans rire ce slogan : s’il n’y pas d’alternative, c’est qu’on a AUCUN pouvoir.
    Se maintenir aux responsabilités dans ces conditions est donc une escroquerie.
    Mais comme disait un bon ami d’Adolf, plus c’est gros, mieux ça passe.
    Plus récemment, « travailler plus pour gagner plus » signifiait arithmétiquement qu’il ne serait pas question d’augmenter les salaires,
    mais ainsi présentée, la chose, en tablant sur l’égoïsme obtus a bien mieux fonctionné « collectivement » (électoralement, quoi) que la rationalité elle-même,
    pourtant accessible et partageable librement en principe tant par les groupes que les individus …
    Mais ce truc est ancien, aussi vieux que la démocratie, c’est
    sa grimaçante caricature : la démagogie.

    J'aime

  3. @cui cui – merci bien, sauf qu’avec leur connerie à compresseur Tina si on est fin dans l’analyse de la saloperie on n’est encore un peu court question aut’chose de viable – il est temps d’y penser.
    @Chomp’ et pourquoi d’abord je serais pas un neutrino, vu que j’en suis traversé…bon je vois que t’es une pointure sur le sujet et merci pour les explications toujours bienvenues ici. Mais c’est pas une raison pour m’empêcher d’espérer que je vais aller botter le cul de Reagan.

    J'aime

  4. Thatcher on peut encore lui cracher à la gueule dans sa minute de lucidité quotidienne faudrait en profiter – sinon oui Naomie Klein et sa stratégie du choc – oui si elle a raison même leur désastre leur profite encore – trop désèspérant !

    J'aime

  5. @tgb
    « Mais c’est pas une raison pour m’empêcher d’espérer que je vais aller botter le cul de Reagan »
    Mouarf…
    Tant de culs à botter dont notre Histoire est pleine
    Pourquoi pas se pencher plutôt sur ceux du jour
    On ne saurait butter la pourriture anciennne.
    La besogne est actuelle, et le possible itou …
    et remouarf 😉

    J'aime

  6. moi je m’étais arrêté à l’émerveillement de découvrir que la lumière était à la fois deux choses foncièrement différentes. à l’époque, je finissais de digérer que -1 avait une racine carrée, donc ça m’avait suffi pour admettre l’infini de tous les possibles…
    plus vite que la lumière ? ça promet pour la suite !

    J'aime

  7. Ce que tu fais, continuellement, même en dormant dans ton lit ou dans ta baignoire, dès lors que le véhicule sur lequel nous sommes tous embarqués, se déplace depuis quelques millions d’années à 108 000 km/h .

    J'aime

  8. oui mais le problème dans ce déplacement c’est qu’on se déplace tous ensemble ce qui me rapproche assez peu par exemple de la rue Losserand

    J'aime

  9. Et puisque la vitesse de la lumière n’est plus une limite indépassable, que tous ceux qui n’ont cessé de réduire les murs de notre cellule avec ce fameux TINA dégagent, et plus vite que la lumière !
    Enfin bon… si ils ne le font pas d’eux même, on s’en chargera.

    J'aime

  10. Le passé passé est irréductible. Au diable TINA, etc…Cette découverte me laisse réveur, elle peut surtout nous permettre de connaitre le passé de notre futur…l’existence d’une autre dimension avec d’autres variables, un nouveau champ des possibles ?

    J'aime

  11. à propos de concert des nations, cette devinette vacharde que je tiens d’un ami rencontré chez un bouquiniste casablancais :
    « était-il sioniste ou percussionniste ? toujours est-il qu’il tapait avec zèle sur des cymbales palestiniennes… »

    J'aime

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :