Trêve des confineurs

Affr’euses, affr’eux, ceci est le billet 1000

tout rond.

Y’’en aura sans doute d’autres
à l’occase. de temps en temps
si j’ai quelque chose d’irrépressible à dire

sinon non.

Sur ces 1000 « posts » pas de quoi rougir
pas écrit trop de conneries durant ces 14 ans !

Fut une période, il y eut jusqu’à 1000 lecteurs par note
on tourne aujourd’hui plutôt à 200…

pas si mal…
à défaut de la quantité reste la qualité

Je ne vous souhaite rien de spécial pour 2021
ces temps-ci vaut mieux avoir le voeu économe
mais le coeur y est et la rage tout autant

et depuis que le masque a tout bien démasqué
c’est les yeux dans les yeux que ça se joue…

et allez comme disait l’excellent Jean Carmet


La seule arme qui m’intéresse c’est le

c’est notre LBD à nous…

à la votre…

tgb

Publié par rueaffre2

TG.Bertin - formation de philo - consultant en com - chargé de cours à Paris 4 - Sorbonne - Auteur Dilettante, électron libre et mauvais esprit.

8 commentaires sur « Trêve des confineurs »

  1. J’émets quelques hypothèses quant à cette « baisse » de lecteurs :

    – Garde à vue,
    – Résignation apprise (les cours sont gratuits),
    – Drogues dures : style BFMTV,
    – Port du masque sur les yeux.

    MERCI pour l’ensemble de votre œuvre, passée, à venir, pour toujours.

    J'aime

  2. En cette période de fin d’année et d’ambiance de fin du monde, un nouveau « Messager » (ARN…?) nous annonce un prochain grand miracle. Mais si, mais si….
    Cher TGB, je survivrai pour lire tes prochains 1000 articles.😄

    Vive l’An Vin-Vin et Un !

    J'aime

  3. Bonsoir Thierry, comme il neige sur Paris (et chez moi aussi) confiné: « Qu’est-ce que le spasme de vivre? » chantait tristement le poète québécois Emile Nelligan. (qui a fini « confiné » dans la folie….)

    « Soir d’hiver.

    Ah comme la neige a neigé
    Ma vitre est un jardin de givre
    Ah comme la neige a neigé
    Qu’est-ce que le spasme de vivre
    Ah la douleur que j’ai que j’ai!

    Tous les étangs gisent gelés
    Mon âme est noire où vis-je où vais-je
    Tous mes espoirs gisent gelés
    Je suis la nouvelle Norvège
    D’où les blonds ciels s’en sont allés.

    Pleurez oiseaux de février
    Au sinistre frisson des choses
    Pleurez oiseaux de février
    Pleurez mes pleurs pleurez mes roses
    Aux branches du genévrier.

    Ah comme la neige a neigé
    Ma vitre est un jardin de givre
    Ah comme la neige a neigé
    Qu’est-ce que le spasme de vivre
    Ah tout l’ennui que j’ai que j’ai. »

    Confiné pour confiné, « où vais-je? »…Ben dans ma cave sortir un bon petit Monbazillac pour la soirée….:-)
    Santé!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :