Un jour mon prince viendra (ou pas ) !

 S’il y a quelqu’un qui doit tout à Bach, c’est bien Dieu. (Cioran)

On dira ce qu’on veut, Walt Disney a beaucoup fait pour la famille royale d’Angleterre.

Si la fiction s’inspire de la réalité, la réalité ou du moins sa représentation dans son décorum, sa comm, et son emballage aura beaucoup emprunté à la fiction dans une sorte de tautologie autarcique, façon gentil dauphin qui se mord la queue.

On se demande même si d’une certaine manière ce n’est pas Walt Disney qui aura inventé les Windsor ou du moins notre perception de la chose.

Une famille Tuche endimanchée.

Si le mariage princier a beaucoup souffert de la mort de Léon Zitrone (pour les plus anciens) ou de la réincarnation de Stéphane Bern en Mr patrimoine du loto, il reste à n’en pas douter un archétype pseudo populaire vendeur, façon conte de fée/ma vie de merde et un puissant putaclic pour faire tourner la boutique à merchandising.

Le mariage de gens célèbres

comme inépuisable source d’infantilisation pour un public régressif, le pauvre toujours prêt à aider le riche, à acheter du chromo du kitch, à subir en boucle la mort de la maman de Bambi pour mieux oublier de penser.

jusqu’à la parodie

Pareil pour le parrain de Coppola. Evidemment que le roman ou le cinéma s’est largement inspiré du thème mafieux et de ses épopées familiales, mais l’on aura bien noté aussi que la mafia se sera largement nourrie du film, en récupérant les codes, les règles, les rituels scénarisés pour mieux se réinventer et rhabiller une mythologie bien plus triviale en réalité, vulgaire et médiocre que ce code d’honneur dans cette cruauté transcendée.

Oui La mafia doit beaucoup à Brando et à ses mouchoirs dans les joues.

De ce monde d’illusion ou le faux n’est rien d’autre qu’une affirmation assénée, ou l’ineptie, l’incongruité, le portenawak une assertion révélée, vient alors l’impossibilité de nommer les choses, de les conceptualiser et de mettre du sens dans l’histoire, ni même dans le story telling, autrement que par des éléments de langage.

Dans ce chaos d’images et de sons, ce fracas d’absurdités et de piètre théatralité, ce collage accéléré de faux, de vrais et d’autre chose, qui du réel ou de sa représentation fera la peau de l’autre ou s’en revêtira, qui gagnera au loto ou verra son prince venir ?

qui vivra sa résignation devant le carrosse de la télé ou rejoindra la grande marrée populaire pour tout chambouler ?

qui vivra ? qui verra ? ou ne voudra rien voir que les ombres sur les parois ?

Dans ce monde post moderne, confus et dégénéré, de ce mauvais spectacle organisé pour qu’il n’existe aucune alternative, ne jamais oublier que si l’on peut regarder passer le carrosse en projetant le vide de sa vie dedans, on peut aussi à tout moment le renverser.

Passer de spectateur à acteur…

Il suffit juste d’y penser.

tgb

Share|






Publié par rueaffre2

TG.Bertin - formation de philo - consultant en com - chargé de cours à Paris 4 - Sorbonne - Auteur Dilettante, électron libre et mauvais esprit.

5 commentaires sur « Un jour mon prince viendra (ou pas ) ! »

  1. Un vrai conte ce mariage, un prince arriva à l’église à pieds et repartit avec une Mégane (une idée pour les publicistes de Renault). Dans la même veine, il y a un an un certain Manu arriva à pieds place de la Concorde et repartit avec une Cougar.(une idée pour les publicistes de Ford)

    J'aime

  2. Macron c’est de la comm qu’a trente ans d’âge l’angoisse c’est que ça marche encore ou qu’on essaie de nous le faire croire

    J'aime

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :