C’est ma tournée !

Il s’appelle Bernard. Tout le monde l’appelle Boris. Personne ne sait pourquoi.

Quand on entre dans le troquet et qu’on l’aperçoit on dit « salut Boris » il répond immanquablement :

fhafhiefhuordukjbnd

une sorte de borborygme affable.

Accroché au comptoir, il tient la permanence du Balto, le bistrot PMU du coin de ma rue, du matin au soir, tous les jours de la semaine, sauf le mardi, une sorte d’énigme Boris, avec des heures supplémentaires le dimanche matin.

C’est ce qu’on appelle un pilier de bar. Oeil vitreux, nez turgescent, coude levé.

Un de ces pochtrons en voie de disparition (comme les rades d’ailleurs) qui firent la gloire et la réputation de la murge française des années Pompidou/Giscard.

On ne connait pas d’emploi bien défini à Boris alias Bernard, si ce n’est philosophe ivrogne de la pensée couperosée, docteur en soûlographie appliquée, une sorte de CDI de la biture.

ET donc entre deux hoquets vinassés, Boris parle. Anonne. Ergote. Boris ratiocine.

et se perd en conjectures et en considérations interminables et hachées.

Boris spécule et assène. Boris a un avis sur tout et surtout un avis et Boris dit :

– les..les jeunes … au lieu de foutre le… le …bordel, feraient mieux…d’aller bosser et devenir …mill…milliar… milliardaires…chez U….ber…plutôt que de vendre de la…vendre de la… vendre de la drogue à Stains.

Et Boris rumine :

– les fran….çais tous des, tous des… feignants que je t’enverrai tout ça…sur l’île de …sur l’île de… de la Guyane …en kwakwa… en… kwassa kwassa qui qui qui pêche peu mais qui qui qui…mais qui qui amène du Comorien….

Le temps de gamberger, de fixer sa pensée cirrhosée et Boris de poursuivre

– tu me fais pas peur avec ton…. ton…. avec ton tee-shirt, parce que la meilleure façon de se payer un …. de se payer un….un costard…c’est de bosser…dans une gare, ben… ben tu croises des gens…heu…des… qui réussissent et d’autres qui sont rien

et Boris de cogiter et Boris de spéculer et Boris de s’en recommander un…entre deux citations distinguées :

– patron la même chose !!! 

Et soudain, va savoir pourquoi, de repenser au président, disciple de Ricoeur, et dissertant sur Todd, Badiou, Debray…

«Ils ne m’intéressent pas tellement. Ils sont dans les vieux schémas. Ils regardent avec les yeux d’hier, le monde d’hier. Ils font du bruit avec de vieux instruments. Je leur préfère de vrais penseurs. Jürgen Habermas, par exemple. On se situe à un autre niveau.»

Et soudain de regarder Boris picoler consciencieusement pour mieux ajuster ses fulgurances pochardes et de le voir autrement et de me demander si le mardi précisément, il ne serait pas un de ces visiteurs du soir, cette sorte d’éminence grise du pouvoir, d’inspirateur fantôme et que sa véritable fonction, au delà de son statut d’éponge de zinc, ne serait pas de conseiller le prince.

et alors comme une évidence de me saisir

et si finalement la pensée complexe, c’était de la pensée beauf avec une cravate autour.

tgb

Share|






Publié par rueaffre2

TG.Bertin - formation de philo - consultant en com - chargé de cours à Paris 4 - Sorbonne - Auteur Dilettante, électron libre et mauvais esprit.

20 commentaires sur « C’est ma tournée ! »

  1. si on commence à faire la liste… – je précise quand même que j’ai de l’indulgence affectueuse pour les poivrots parce que ce sont précisément des poivrots mais pour les Brunet et autre Macron qui disent de la merde à jeun je n’ai que dégoût

    J'aime

  2. A printemps dernier, Macron a fait le malin au coté d’Habermas mais sa politique montre qu’il n’a pas compris ou pas lu « L’intégration républicaine, essai de théorie politique ». Habermas y défend l’unité démocratique par la délibération permanente qui légitime les décisions; le contraire du recours au 49-3 ou aux ordonnances…

    J'aime

  3. Ah, Oui  » la pensée beauf avec une cravate autour » c’est excellent. Du niveau du capitaine de pédalo. Sûr je vais m’en servir lorsqu’en fin de repas on osera trouver des qualités a mini-jupiter.
    Parole : j’dis pas ça par esprit courtisan

    J'aime

  4. Quand on n’a plus que la plume en épée, mieux vaut l’avoir affutée. Les Princes lisent et savent les bons mots que le petit peuple des Riens fait sur eux..Parfois cela les ronge. Et ils entendent la colère qui gronde et reculent avant la catastrophe du sang.
    Quant au jeune Macron, pour nuancer, je dirai aux diners de cons qui ne m’invitent jamais, que c’est effectivement « quelque-part » une « expression » de la « pensée beauf avec une cravate autour » mais avec une subtile dimension VERTICALE de complexité développée dans une transcendance concrétisée par les félicitations du Marché et de Rothschild son mentor. C’est pourtant simple « j’ai envie de dire » !

    J'aime

  5. Des scientifiques auraient réussi à isoler le géne de la « pensée complexe » qui s’active sous l’action de perturbateurs macroniens (grévistes, fainéants, etc…) provoquant une macronésie interne (ou beaufitude). Ils testent un médicament sous forme de suppositoires « culyptus & con-fre ». Le ministre de l’Intérieur, Mr Collomb, en état d’urgence, a servi de cobaye, sans progrés notables pour l’instant…

    J'aime

  6. Ah, j’oubliais, l’ancien remède, les pastilles Valls sont plus faciles d’utilisation que les suppos pour les sujets en marche soumis à des crises incontrôlables et décomplexées.

    J'aime

  7. Il est vrai, Robert, que les suppos ont tendance à obliger à un resserrement des effectifs afin de contrôler la circulation. Les poussées d’humeurs sont si vite arrivées !

    J'aime

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :