Faire du bruit avec sa bouche

rien.jpg

D’après un tweet un brin désabusé de Laurence Haïm, journaliste d’I télé aux USA : – « Hillary » selon son « pool » a fait une visite surprise dans un café du New Hampshire qui proposait une tarte aux légumes. »

Fin de  l’information.

Et l’on en reste pantois et sur sa faim…

Quel café ? Quels légumes ? pâte maison ? combien la part ?…

On n’en saura rien.

Vous me direz qu’au moins pour une fois, l’info est sans doute fiable, vérifiable, et qu’une investigation assez basique permettrait facilement de la recouper. Certes, il reste bien des questions en suspend mais en enquêtant un peu…

Bien sûr, tout le monde se fout déjà, du futur combat titanesque et médiatique à coups de milliards de la deuxième Clinton contre le troisième Bush pour faire pareil et balancer des bombes partout, mais ne pas savoir si la tarte aux légumes est bio ou pas reste quand même assez frustrant.

Quant à notre tarte aux légumes à nous, elle est venue paraît-il dimanche sur canal + dans l’émission de je ne sais qui, dire je ne sais quoi, devant, et d’après un sondage personnel sur un échantillon de pas grand monde mais quand même, à peu prés personne.

Honnêtement qui a regardé Flanby à la télé dimanche ?

BykIOD1CAAEFR7q.jpg

Quand François Trollande n’a rien à dire, il se précipite à la télé pour l’annoncer et ça tombe bien vu que personne ne l’écoute. Je parle pour ne rien dire à des gens qui ne m’écoutent pas : on peut donc en conclure positivement que le peuple français et son président sont enfin en phase.

Bref, quand les politiques n’ont rien à dire, ils font un communiqué, quand ils n’ont prise sur rien, ils font de la com, quand ils n’ont pas de fond, ils font dans la forme. La forme étant le fond qui remonte à la surface d’après Victor Hugo, quand il n’y a pas de fond, il n’y a plus de forme, plus qu’un type ou une nana qui fait du bruit avec sa bouche.

Du vide avec du rien !

Cette inanité qui les pousse à réfléchir au vote obligatoire. Cette vacuité qui les oblige à faire dans le métalangage, à coups d‘éléments sémantiques préparés par une batterie de communicants.

Parler donc jusqu’à trouver enfin quelque chose à dire.

Quand on ne peut veut pas changer les choses on change les mots.

Quand on est tout poisseux on change le sigle : France Télécom/Orange, UMP/Républicains…

Quand on a tout abandonné de la politique, on s’en tient à la course à l’échalote et à ses pronostics.

Quand on en est au stade de la gestion comptable, obscur rouage d’une oligarchie financière et technocratique on fait dans l’algorithme verbal.

Quand on est la voix de son maître, on ventriloque.

BrSRD_kIMAEDTvY.jpg

Ainsi donc, après moult remue méninges élyséens et analyses scrupuleuses des courbes et camemberts, notre motard à trois roues était venu nous dire les pantalons sur les chevilles, qu’il ne lâchait rien, que l’épouvantail Jean-Marine Lepen était très méchante, histoire de ramener les brebis égarées à l’abattoir.

Fin de la représentation.

Quand on est dans l’indigence politicarde à ce point, on pourrait au moins faire l’effort d’avoir un minimum de talent pour donner illusion : même pas !

Tu crois que dans le secret des dieux et d’états monsieur Poireau nous aurait révélé à quels légumes était la tarte ?

Macache !

tgb

http://s7.addthis.com/js/250/addthis_widget.js#username=xa-4cf6622238991a5a

Publié par rueaffre2

TG.Bertin - formation de philo - consultant en com - chargé de cours à Paris 4 - Sorbonne - Auteur Dilettante, électron libre et mauvais esprit.

10 commentaires sur « Faire du bruit avec sa bouche »

  1. « on pourrait au moins faire l’effort d’avoir un minimum de talent pour donner illusion : même pas ! »
    On ne peut pas demander ça à un mauvais comédien retoqué au concours d’entrée du conservatoire qui a décroché le premier rôle au hasard d’un concours de circonstances.

    J'aime

  2. En tout cas, le fausse blonde du Supplément sur Canal + a retrouvé là son rôle d’animatrice de variété. elle en rêvait après « Les Maternelles »…La courtisanerie vous mène au sommet. Avant la chute?

    J'aime

  3. François Trollande, tout comme « Théodule (…) passait sa vie à boire de la bière qui lui avait donné, à force de le gonfler et de le souffler, l’apparence comique et inquiétante d’une baudruche. »
    E. et J. de Goncourt, Manette Salomon, 1867, p. 378.
    In : “http://www.cnrtl.fr/definition/baudruche”

    J'aime

  4. Quand l’ultra libéralisme a force de religion et règne sans partage quoi dire, quoi faire? si ce n’est gloser sur le sexe des anges, ou chercher des diablotins à affronter, en faisant croire que l’on combat des démons…

    J'aime

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :