Dans un fauteuil

Luxury-Office-Furniture-Massag.jpg

Je sais bien que sur le plus haut trône du monde, on n’est jamais assis que sur son cul, mais vu le zèle et la débauche de salive sluuuuurp que mettent certains furoncles écologistes tendance ma gueule, genre Placé ou de Rugy à poser leur vert postérieur ramolli sur du strapontin ministériel à plante verte, faudrait voir à pas minimiser le rôle symbolique du fauteuil, du siège, bref de la chaise.

Et c’est ainsi que pour avoir « saisi » symboliquement 8 chaises dans une agence HSBC, ce membre éminent de la racaille bancaire et fraudeuse qui détourna 180 milliards d’euros dans une évasion fiscale bien sentie, plusieurs membres de l’association Bizi en sont à leur troisième garde à vue avec test adn et tout le toutim.

Et je ne vous raconte même pas s’ils avaient mis la main (ou les fesses) sur le fauteuil en cuir du boss, que c’était la pendaison recta ou le peloton d’exécution en direct au JT pour ces dangereux terroristes si ça se trouve même pas Charlie.

Si les militants sont ainsi accusés de vol aggravé et de recel, rassurez vous en revanche pour HSBC, rien.

La deuxième banque mondiale fort de sa puissance de frappe, peut mettre donc toutes les polices de France aux basques de 8 tabourets scandaleusement pris en otage, mais pour ce qui est de rembourser la somme de 2,5 milliards escamotée à l’état Français, on peut précisément s’asseoir dessus.

D’où les chaises.

Même s’il y a longtemps que nos dirigeants sont passés de la station debout à la station couchée sans même passer par le stade de la position assise.

chaises-plastique-blanc-serie.jpg

Vous me direz huit chaises, même pas ergonomiques, c’est pas le casse du siècle, surtout si c’est du grosfilex, de cette chaise industrielle qui envahit dangereusement nos espaces de convivialité, certes, mais on le sait depuis Pujadas, s’attaquer au mobilier de bureau, voire renverser une jardinière est une violence inexcusable qui exige réparations, tandis que virer des milliers de personnes d’un texto ou étouffer 1000 milliards aux impôts reste d’une extrême courtoisie.

D’autant que c’est moderne.

Et c’est bien tout le problème. Avec toute la sympathie que je peux avoir pour ce genre d’agit prop bon enfant, quitte à voler un œuf et prendre cher de la chaise, autant passer directement au stade du bœuf, et inverser le rapport de force suivant l’adage bien connu que si tu dois mille balles à ta banque t’es mal, si tu lui dois un milliard c’est elle qui l’est.

Faire le siège plutôt que de le chouraver.

PHOb9af669c-c303-11e4-bbfe-6df42dac38f7-805x453.jpg

Pour en revenir au jeu de chaises musicales gouvernementales souhaitons donc à l’intègre et policé Placé d’y trouver enfin son pouf, d’y laisser choir son gros séant afin de se consacrer à la promotion des cours de politesse à l’école.

Nul doute qu’en termes de morale civique et citoyenne, faire copier cent fois : je ne volerais pas des chaises chez HSBC – lui paraîtra autrement prioritaire que de régler ses 18 000 euros de PV.

tgb

http://s7.addthis.com/js/250/addthis_widget.js#username=xa-4cf6622238991a5a

Publié par rueaffre2

TG.Bertin - formation de philo - consultant en com - chargé de cours à Paris 4 - Sorbonne - Auteur Dilettante, électron libre et mauvais esprit.

4 commentaires sur « Dans un fauteuil »

  1. Que veux-tu ? L’attrait pour les ors de la république est si fort…
    Ça justifie bien quelques accommodements avec de menus détails comme ces milliards engourdis par un tout de passe-passe numérique.

    J'aime

  2. Oh ca pour un maroquin on trouvera toujours de l’opportuniste
    Ça a au moins un intérêt c’est comme les vampires les cons ca supporte pas la lumière ils ne font pas illusion longtemps

    J'aime

  3. Pour Placé : une chaise électrique, branchée sur une éolienne sponsorisée par Véolia (avec comme il se doit un dessous de table)…

    J'aime

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :