Ioulia et les garçons !

Ce qui se passe vraiment en Ukraine ? j’en sais rien, j’y suis pas, j’y connais pas grand chose et en plus je regarde même pas Pujadas, le soir en pyjama, c’est dire si j’ai des handicaps. `

Sauf qu’à force de me faire bananer par les story-telling de chez merdia and corporate, je me doute par réflexe, que c’est forcément plus compliqué qu’une histoire de gentil et méchant, plus alambiqué qu’un jeu de fausse blonde auréolée et de dictateur sanguinaire aussi inculte que vénal.

Parce que question corruption en Ukraine ça m’a tout l’air d’être une spécialité locale pratiquée de haut en bas de l’échelle oligarque.

Par expérience d’emblée je me méfie des expressions feignasses du genre « printemps ukrainien » « icône de la liberté » et autre « Timochenko, égérie de la révolution » qui fleurent bon son petit livret illustré du pigiste connaissant son Barbier par cœur et ayant quand même autre chose à foutre que de l’information.

Je sais d’instinct que pour plaire aux médias de chez nous, peu demandeurs de complexité et preneurs de scénars manichéens avec la raie au milieu, mieux vaut avoir une tête d’héroïne angélique que la gueule d’une brute épaisse

même si la saloperie peut aussi bien coller à la semelle des deux, surtout quand on voit la Ioulia rouler des pelles à l’infâme Thatcher (bon débarras).

C’est pas parce que l’ancien autocrate est corrompu jusqu’à l’os que l’autre est une blanche colombe tressée de lauriers capillaires, mais attendre de la nuance chez nos éditocrates du dimanche, c’est comme espérer de la finesse chez Botul, philosophe charcutier :

– Milosevic est un dictateur boucher à la tête d’un état souverain (France-Info 26/03/1999)

– Il y a un devoir d’ingérence envers le boucher Kadhafi (Europe1 22/02/2011)

– Rien n’empêcherait aujourd’hui de stopper le boucher Assad (bfm télé 22/08/ 2013)

– Poutine hôte de Sotchi, boucher de Kiev (Itélé 21/02/2014)

Rappelons d’ailleurs au passage que le président Viktor Ianoukovitch, fut élu démocratiquement, selon le rapport de l’OSCE, décrétant le scrutin conforme aux standards européens, et que si quelques tripatouillages eurent lieu, ce ne fut que peccadilles, rapport aux savants bricolages de Jean-François Copé.

Bref, cette destitution est-elle un putsch ou une révolution ? Ni l’un ni l’autre ou les deux mon camarade ! Simplement comme en Egypte ; la nouvelle tendance automne/hiver du renversement d’un gouvernement démocratiquement élu et l’on pourrait aussi bien s’en inspirer, façon de virer par exemple un ennemi de la finance qui affronte surtout la taxe Tobin.

C’est au final ce que l’on veut, selon que ça nous arrange ou pas. Selon que tu es atlantiste option Ioulia, c’est une révolution populaire, selon que tu es pro-russe option Viktor, un putsch nationaliste voire fascisant.

Et selon moi…faut voir !

EN tout cas à priori rien de nouveau à l’est, l’ouest préférant toujours Hitler à Staline et les évènements en Ukraine plutôt qu’en Bosnie. Les émeutes politiques et sociales de Sarajevo n’entrant pas dans le cahier des charges de l’Otan, elles ne seront donc pas diffusées en prime time.

Donc les Ukrainiens auraient une grande envie d’Europe ? comme je les comprends. Viendez Viendez donc ! l’Europe : sa troïka, son Van Rompuy empaillé, son austérité à la grecque, son oligarchie bruxelloise, ses services publics décimés…c’est sûr que cette Europe-là, ça ne peut que faire envie. La preuve en juin, aux européennes, tout le monde votera contre ou s’abstiendra.

Bref, que se passe-t-il à Kiev, à Odessa, ou à Sebastopol ? la révolution est-elle encore orange ou bleue ou jaune canari ? la place Maïdan est-elle aux mains de néo-nazis ou de jeunes démocrates exaltés ? Est-ce l’éternel remake du blockbuster KGB contre la CIA ? bien difficile à dire, vu de ma rue de Crimée.

En tout cas vu de Walt Disney, la Sainte-Blandine à terrassé le féroce Viktor et c’est bien à cela que l’on constate encore l’ultime supériorité de l’Amérique sur le reste du monde.

En termes de comm, épisode 7 saison 2, Hollywood a encore quelques longueurs d’avance glamour sur les écrans et c’est pas Poutine

rhabillé en icône gay qui nous dira le contraire…

Quant à notre ‘dictateur’ à nous…

elle est bonne ?

tgb

Publié par rueaffre2

TG.Bertin - formation de philo - consultant en com - chargé de cours à Paris 4 - Sorbonne - Auteur Dilettante, électron libre et mauvais esprit.

12 commentaires sur « Ioulia et les garçons ! »

  1. Ce qui se passe en Ukraine me fait penser à la « Stratégie du choc » de Naomi Klein. Ou encore aux premières journées de juillet 1789 quand la bourgeoisie parisienne haranguait et armait le petit peuple puis le récompensait en argent une fois la Bastille prise (L’Armée restant passive).
    Dés que les nouveaux maitres seront en place (si Poutine les laisse faire), « Silence » sera encore fait aux pauvres. A part visiter le « Palais » de l’ancien Président, le peuple ukrainien n’est pas invité à pénétrer dans les lieux de pouvoir où ils pourraient décider eux-mêmes des suites??

    J'aime

  2. Si nous, on n’a pas droit à notre révolution bleublancrouge (en maculé dans le texte), c’est parce qu’elle a été faite il y a 225 ans. C’est dire combien le peuple est heureux depuis, une bonne dizaine de tentatives de révolutions plus tard (dont les canuts, les funérailles de Lamarque, la Commune, les mutineries de 17, et j’en passe).
    Toutes proportions gardées, avec le sang qui a encore coulé il y a 5 jours, la joie et l’allégresse continuent. Les Maîtres de Forges sont toujours là sous d’autres formes. Leurs manipulations également, « jaunes » compris.

    J'aime

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :