Le Barbier de Servile

Christophe Barbier m’écrit une fois par semaine. Un joli mail, illustré par sa trombine rouge écharpée.

Quand je dis Christophe Barbier, je devrais dire le service publicité de cet hebdomadaire dont je n’ai jamais croisé le moindre lecteur même en changeant de dentiste : « l’express ».

Tel le témoin de Jehovah sonnant à ma porte, le racoleur actif Barbier met régulièrement un pied dans un coin de ma boîte mail, afin de me refourguer son torche-cul à 1 euro prix cassé. Je ne doute pas qu’en me faisant un peu désirer, il finira carrément par me rémunérer l’abonnement tout en me refilant en bonus, un balai à chiotte électronique plus un radio-réveil androïde.

Christophe Barbier donc, défenseur du riche opprimé et torcheur à domicile du rentier incontinent d’où son écharpe rouge à portée de main, semble me considérer comme cible potentielle d’un lectorat jouissant à chacune de ses unes en burqa.

Visiblement, Christophe Barbier, éditocrate d’une extrême droite pomponnée se plante du segment.

Expert en tout, en demi- pension chez C. dans l’air, protecteur héroïque des fonds de pension et briseur de tabous sauce merdef, le déconoclaste Barbier pose souvent des questions de bistrot d’une grande pertinence à laquelle parfois j’ai une ébauche de réponse…

Comme par exemple : – Mais où que donc passe le pognon de la gabegie de l’état providence gaspilleur avec trop de fonctionnaires dedans ? –

Dans ton cul Christophe !

En effet, le rouge écharpé Barbier, perçoit pour son support publicitaire spécialisé dans la dénonciation des assistés sommés de rembourser les 432 euros perçus par pôle emploi avant de s’immoler par le feu, 7 621 766 euros de subventions par an.

Il est un peu décevant qu’en tant que fayot prosélyte du prêche libre et non faussé, le bon élève Barbier n’applique pas la juste compétitivité à son secteur d’inactivités, histoire d’avoir l’extrême élégance de crever cohérent.

Petit florilège des saillies remarquables d’un Christophe Barbier au sommet de sa phosphorescence :

A propos des enseignants : « … on comprend que les ouvriers aillent manifester, mais quand on voit les enseignants-chercheurs se mobiliser c’est totalement injustifié. »

à propos des ouvriers licenciés :

« Cet égoïsme prolétarien consistant à ne pas défendre les emplois ailleurs »

à propos des dom tom :

– Les français des tropiques veulent travailler à l’antillaise et consommer à la métropolitaine…

A propos de la Grèce –

– Il faut supprimer la souveraineté nationale grecque –

On le constate l’indigné Cricri, lèche cul des puissants, et botteur de culs des faibles n’est pas du genre à se tromper de combat. Toujours à dénoncer courageusement l’exploitation du riche par le pauvre, le prédateur stigmatisé par sa proie, il sait voler au secours des anciens présidents de la république nécessiteux, menacés de perdre leur pourboire du conseil constitutionnel : 

– êtes vous pour envoyer les présidents de la république au Pôle Emploi ? –

Superbe abnégation !

Vous l’aurez compris, damned encore raté, j’envisage assez peu de m’abonner au torchon du jeune vieux Christophe, étant assez allergique à sa ligne rédactionnelle :

– Noël au choc des civilisations

– Pâques aux francs maçons

A moins qu’à la prochaine retape, le bel éphèbe Barbier en sa gueule enturbannée façon burqa m’aguiche en porte jarretelles.

Quitte à faire la pute…

tgb

Publié par rueaffre2

TG.Bertin - formation de philo - consultant en com - chargé de cours à Paris 4 - Sorbonne - Auteur Dilettante, électron libre et mauvais esprit.

14 commentaires sur « Le Barbier de Servile »

  1. Effectivement, cette petite raclure de Barbier, lèche-cul des puissants et par là même prostitué de la pire espèce; est bien un sale assisté prostitué profiteur. Son talent n’est que la capacité des éditocrates formatés à parler sans accrocher ses phrases ! Un talent, certes, mais qui ne justiifie pas ses privilèges. Un privilegié veule et arriviste qui se roule dans la fange sans vergogne, sans le moindre honneur véritable !

    J'aime

  2. BRRRR! J’ai lu jusqu’au bout, mais c’était très dur, cette fois-ci!
    Où qu’on se tourne, on a affaire à des ordures qui se vendent pour du pognon. Beaucoup de pognon, quand même.
    Bon, je dis ça juste pour causer, hein, mais si tu veux plus faire de billet sur la lie de la terre, tu peux toujours te désabonner, non? Et pour être encore plus sûr, tu mets le torchon, si des fois il avait des velléités de revenir, dans la liste des indésirables: il y sera à sa place.
    Quoique je trouve le terme « indésirable » beaucoup trop faible.

    J'aime

  3. Mais je me suis déjà désabonné plusieurs fois sauf que ça revient comme le chiendent
    ça veut pas crever cette sale engeance

    J'aime

  4. Remarque, ça ne m’étonne pas: ça m’arrive à moi aussi 😦
    Tu commandes un truc et ils refilent ton adresse à la terre entière.
    Sans parler du site où tu as commandé une casserole et qui te propose à la suite de ça des milliers d’autres casseroles. Si tu es acheteur compulsif, je te dis pas la batterie que tu peux te constituer.
    Bon, bin, moi, l’Express, ils ne m’ont pas repérée. Je crois que je préfère voir des casseroles, finalement 😀
    allez, bonne journée.

    J'aime

  5. Tous les moyens sont bons – par exemple j’ai signé une fois une pétition en passant par médiapart mais qui ne les concernait pas – depuis visiblement médiapart à récupéré le listing et me relance sans arrêt – j’apprécie assez peu ces manières

    J'aime

  6. J’ai consulté mon psy… mes envies d’étranglement à l’écharpe rouge (1) sont tout à fait normales m’a-t-il rassuré…
    (1) C’est pas l’écharpe du PG hein! C’est un cadeau de Carla revendique-t-il!

    J'aime

  7. Un soir d’affluence dans le métro, j’ai parcouru une dizaine de stations à quelques centimètres de son visage chafouin qui s’est brusquement empourpré quand il a découvert dans mon regard, l’expression du très sincère mépris que je vouais à sa basse personne. Un mépris à la limite du besoin de lui cracher au visage tant sa minable stratégie courtisane des puissants me révulse. Mon antipathie profonde pour ce personnage de traitre vaniteux s’est enracinée depuis ses apparitions d’expert shadok dans la sinistre séquence de propagande marchande qu’est aussi l’émission C.dans l’air. Bref, si je le recroise, je crache.

    J'aime

  8. @sitting bull – en plus ? je ne savais pas – circonstance aggravante en effet – la pulsion d’étranglement de cet individu est saine d’ailleurs il semble lui même le proposer
    @rushes.infos – qu’il s’empourpre le shadok – A mon avis il a du renoncer au métro depuis un certain temps
    @Gilles Péris – oui une sorte de doudou
    @Robert Spire – voilà une sage recommandation

    J'aime

  9. Quand on est conservateur à ce point là, faudrait changer de nom pour s’appeler, genre, E217, E236… que les consommateurs de ces « idées » soient prévenus quoi !
    Christophe barbant (barbier de sévices faits à l’intelligence) a beau marcher, il a tout du truc qui donne, paraît-il, de la chance quand on marche dedans…
    Imaginez : le barbier de sévices (faits à l’intelligence) se marie au Figaro et ils nous pondent pleins de petits hebdotidiens et de petites quotimadaires. Cauchemardesque.
    ps :
    le premier qui dit que je dis n’importe quoi a raison.

    J'aime

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :