En attendant le vote des citoyens féroces…

Et pendant que l’été irascible déroulait son terrorisme financier, islamophobe, néocolonial et sa justice de classe so british, je lisais.

M’épargnant ainsi la mauvaise graisse du storytelling formaté des prompteurs et sa clientèle météo entre deux pâtés de sable.

Et finalement, c’est dans la littérature que je trouvais les meilleurs éclairages de cette putain d’actu qui ne marche même plus à l’ombre en période estivale.

J’ai dévoré « Crimes et châtiments » parce que je n’avais jamais lu Dostoïevski et que je n’allais quand même pas mourir idiot.

Voilà, c’est fait et je ne regrette pas.

Partir dans un bouquin de mille pages c’est comme un grand voyage dont on finit par revenir avec ce manque fébrile de l’accro à la ligne jusqu’à se retrouver orphelin au point final.

Ensuite on se souvient de la sensation autant que du contenu, du lieu, du paysage, des sons et des odeurs irrémédiablement liés au bouquin, là où il fût lu, et gravés dans son limbique comme une chanson.

J’ai lu un polar d’un auteur suédois dont je ne me souviens ni du nom ni du titre…et pourtant pas si mal. On est bien avancé.

J’ai lu, le dernier bouquin de Pascal Boniface « les intellectuels faussaires » juste par gourmandise un rien vacharde. Un aller de TGV.

Je viens surtout de finir avec regrets « En attendant le vote des bêtes sauvages » de l’immense Ahmadou Kourouma, ogre de la littérature franco-africaine, qui devait se bouffer 5 Houellebecq, 12 Angot et 1 général Botul à son petit dej’.

Juste pour dire que l’écriture colossale, corrosive et foisonnante de Kourouma, ce géant littéraire de la race d’Hémingway, Hugo ou Rabelais, nous souligne cruellement la différence entre un écrivain et un s’écrivant.

Tous ces mauvais plaisanciers de la littérature nombriliste pas la peine.

J’avais été scotché, emballé, retourné par « Allah n’est pas obligé » chef d’oeuvre absolu, picaresque, à la langue inventive et ravageuse. Plongeon assuré dans la profondeur de l’âme africaine avec cette aimable légèreté du griot Ahmadou, es maître en frivolité brutale, l’air de rien.

A l’heure ou l’axe du bien gentil fait une OPA humanitaire sur le pétrole du trop méchant, rien de mieux pour comprendre l’afrique, l’africain, les dictateurs à casquette et médailles, la « Françafric » et la nature même du pouvoir et de tous les pouvoirs dans leur cruauté sauvage ou « civilisée », que cette oeuvre ouverte, ce bouquin flamboyant à tous les étages.

Rien de mieux pour comprendre les évènements de Libye, de Côte d’Ivoire et d’ailleurs, que ce récit épique, ce conte initiatique fait de paraboles, d’oralité textuelle, usant de biais analogiques et romanesques pour disséquer la comédie humaine et politique.

Rien de mieux que cette plongée dans la cruauté de l’histoire par l’anecdote, bien loin de l’humanitaro bobo pâteusement kouchnérien et émotionnellement ethnocentré, jusqu’au divin maraboutage émancipateur.

Par delà le bien, le mal et les cols de chemise échancrés.

De la tragédie humaine dans un éclat de rire féroce et bestialement lucide.

Et maintenant quoi lire ?

Quand même pas les éditoriaux insipides de Demorand !!!

tgb

Publié par rueaffre2

TG.Bertin - formation de philo - consultant en com - chargé de cours à Paris 4 - Sorbonne - Auteur Dilettante, électron libre et mauvais esprit.

17 commentaires sur « En attendant le vote des citoyens féroces… »

  1. super et merci 1 lecteur de plus pour Kourouma (à titre posthume) suffit a mon bonheur et c’est un bon investissement – comme tous les pavés faut 50 à 100 pages pour entrer dedans et ne plus déccrocher…

    J'aime

  2. @genet – si c’est totalement pour moi je vais totalement le lire 🙂
    @salvadorali- bah si on était rancunier c’est précisément à Dieu à qui on pourrrait en vouloir

    J'aime

  3. La Tripolitaine
    J’ai le tournis…
    Et je ne considère pas que mon peuple soit beaucoup mieux loti.
    Je suis Tripolitaine… Et j’ai la HAINE !
    De voir des gens en liesse… Heureux d’être libres
    Alors qu’ils étaient contraints et forcés de devenir disponibles
    pour les besoins de l’Otan, et les bons soins de l’occident.
    On nous a volé la solution de notre problème
    On nous a fait un enfant dans le dos…Avec l’ADN Franco-américaine.
    Comment voulez-vous qu’on l’appelle?
    Thaoura : Révolution ! Non… Mais … Tharoua : Héritage…
    Nous avons reçu la Révolution en héritage
    Ah ah ah !!!!
    http://www.lejournaldepersonne.com/2011/08/la-tripolitaine/

    J'aime

  4. @ tgb
    il n’y avait aucune malice prosélyte dans mon remerciement au Tout-Puissant pour l’urbanité foncière de mon caractère.
    d’ailleurs mon Dieu à moi est infiniment moins caractériel qu’en leur temps les maîtres de l’Olympe…
    ah, les bondieuseries !

    J'aime

  5. Salut
    Je suis d’accord avec toi.
    Les livres d’Ahmadou Kourouma sont un régal de littérature. Par le fond, la forme le style, Kourouma écrase de son talent tous ces petits marquis et autres pétroleuses à deux balles germanopratins.
    Un bonheur de lecture à recommander à toutes et tous.
    Paz y salud
    Zgur_

    J'aime

  6. content et pas étonné que tu mettes Kourouma au dessus du lot d’écrivailleurs -je te sais homme de goût et de couleurs…

    J'aime

  7. Impossible de mettre un commentaire sur ton dernier billet .Peut-être est-ce voulu ?!
    Faudra discipliner tes doigts sur le clavier ou alors est-ce un contrepet que je ne trouve pas ?! : « esnemble »
    « Puisqu’il ne faut rien attendre du grand soir ou des élections à venir, autant penser à son petit matin. » :
    j’en suis aux mêmes conclusions .
    Quand je survole tout ce cirque à la Rochelle ,le même cirque au sein de l’UMP , ces guerres de personnes ..pouhhhh, c’est d’un ennui !
    Quand j’écoute l’ « extrême-gauche « , qui n’est que ce que devrait être une « vraie » gauche , …rien d’excitant !
    Où sont les vraies valeurs ?Se préoccupent – ils d’autre choses que des bulletins ?
    Pas de remise en question du système !
    Petit aparté: je suis toujours surprise par tes illustrations .
    Je viens de recevoir le livre de Kourouma .

    J'aime

  8. si si tu peux laisser un commentaire mais il y a comme un étrange no man’s land que j’essaie de corriger ainsi que la faute de frappe signalée.
    Bonne et féroce lecture !

    J'aime

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :