Faut-il karchériser Neuilly ?

C’est sur fond de vrombissement de pales d’hélicoptère et dans un faisceau de lumière balayant les barres de standing du quartier, qu’une vaste opération de police, entre 180 et 200 hommes, a été lancée hier à l’aube dans un immeuble suspect d’un quartier de la banlieue ouest de Paris sous l’autorité du préfet délégué à la sécurité et en présence de nombreux journalistes, une trentaine au moins qui assistaient à l’intervention « coup de poing » lancée à partir de 6 heures du matin avec des membres de la police judiciaire, des CRS et de la brigade cynophile.

Après plusieurs interpellations et la saisie record de 110 kgs de cocaïne représentant la coquette somme de 7 millions d’euros, le ministre de l’intérieur Brice Hortefeux tout en se félicitant, déclarait fort déterminé, que d’autres opérations de ce type auraient lieu, afin d’enrayer la vague de délinquance touchant de manière endémique la ville de Neuilly et promettant d’ailleurs de patrouiller lui même symboliquement dans les rues des Hauts de Seine, la nuit, afin de reconquérir cette zone de non-droit et remettre de l’ordre et de la république dans les « territoires ».

Ouvrant son JT de 13 heures par un reportage sans concession sur la délinquance stupéfiante des quartiers ouest, Jean-Pierre Pernaut, faisait un état des lieux sans concession de cette cité, devenue au cours des 30 dernières années la ‘capitale française de la cocaïne’ en nombre d’usagers, pointant la politique laxiste d’une municipalité à la politique longtemps gauchisante.

Pour Eric Ciotti – « secrétaire national de l’UMP en charge des questions de sécurité », que le fléau de la drogue touche un quartier favorisé montre bien que « trop d’emploi augmente la violence » et que « s’il y a plein emploi, la délinquance augmente, car il y a plus d’argent ».

Cette démonstration impeccable conduit à considérer fort logiquement que, puisque les petits dealers sont du 93 et les grossistes du 92 et que la hiérarchie sociale est ainsi respectée, pour contribuer à la sécurité, il faut maintenir coûte que coûte le chômage, y compris dans les quartiers résidentiels.

Quant au député Ump, Lionnel Luca, partisan de la thérapie de choc, il réagissait immédiatement à cette affaire en se déclarant « favorable à la reconquête des territoires perdus, avec des VAB (véhicules blindés) et des troupes spéciales, militarisées”.

« Les gendarmes savent très bien mener ces opérations de “pacification”, ils l’ont plusieurs fois démontré à l’étranger » surenchérissait François Rebsamen, député maire de Dijon et socialiste pragmatique de la mouvance révolutionnaire Strauss Khanienne, et faisait savoir qu’il proposerait rapidement à l’assemblée un projet de loi en ce sens, afin de montrer que la sociale démocratie « manageuse » était aussi réaliste que briseuse de tabous.

A l’heure actuelle, on attend toujours la réaction officielle de l’ex maire de la cité dortoir des Hauts de Seine, au cœur même de la polémique et obsédée par la question sécuritaire grenobloise.

En attendant, il neige sur Neuilly.

tgb

les phrases citées en italiques sont authentiques

Publié par rueaffre2

TG.Bertin - formation de philo - consultant en com - chargé de cours à Paris 4 - Sorbonne - Auteur Dilettante, électron libre et mauvais esprit.

13 commentaires sur « Faut-il karchériser Neuilly ? »

  1. les pandores ont osé investir l appartement d’une princesse des neiges sadoudiennes… encore un rpefet qui risque d’être déplacé !!!!!

    J'aime

  2. La réponse à la question est « oui »: c’est là qu’est la majorité du pognon qu’ils nous ont pris illégalement.
    Qu’ils le rendent et qu’ils se mettent à bosser, ces fainéants. Et qu’ils rendent les jetons qui leur permettent de rafler le fruit du travail de ceux qu’ils exploitent et narguent entre deux petits fours et coupes de champagne au Fucket’s.

    J'aime

  3. De quand, au fait, date la dernière affaire hénaurme de grobonédeladrogue dans le média de Pernaut ?
    (nous vou-lons-des-ré-sul-tats !)
    Et la dernière comdamnation pour proxénétisme, aggravé ou pas ?
    J’demande, juste, puisque le tiers des prisons est rempli par des gens qui ont moins de 100 gr de deal de shit à leur actif,
    et les mains-courantes des commissariats saturées de gav pour racollage, je fais mal le lien …
    Soyons simple : il n’y a PAS de gros trafiquants, de coke ou de culs,
    la France n’est menacée que par des fumeurs et des tapineuses de base, en fait
    TGB, il me faut te congratuler un chouïa : tu compenses un peu la feignasserie, avérée depuis quelques temps, de Mr JPM …

    J'aime

  4. @ emcee @ chomp’ belle unanimité – me renvoyant à la question titre que j’avais d’ailleurs perdue de vue – cela dit, ça fait un moment que je m’évertue à dire aux petits délinquants qu’il faut dealer en tonnes pour atteindre la respectabilité
    JPM ??? JPM ??? ah oui ban sang mais c’est bien sûr jean Pierre Martin – c’est vrai qu’ils procrastinent pas mal dans leur grosse boiboite – Brave patrie à repris le flambeau cela dit

    J'aime

  5. authentique comme la connerie est authentique, tu m’achèves a coup d’authenticité là …
    et si pour stopper toute une économie souterraine, l’état s’engage a tendre vers une légalisation pleine de bon sens ou serait pris en charge dans des endroits spécialisés consommations et toxico, le problème serait réglé ? bon c’est surement très naïf et mon raisonnement n’est pas neuf… mais j’avoue mettre toujours demander ce qu’ils font de ces sacs, soupçonnant la police de revendre le stock a l’Étranger. Pur fantasme, après réflexion.
    effectivement, le plein emplois dans les cités engendre la violence… crétinerie umpétienne, qui ne comprend pas que c’est l’ignorance et la misère qui sont des forteresses sans pont levis et qui entrainent ces petit dealers a jouer les tonny montana pour gagner vite et bien. c’est le chômage qui ronge les cités de france, ah c’est sur, on ne les voit pas, dans quatre murs et un toit, ils sont mieux qu’ici qu’ailleurs, ils ont les aides sociales… et ce sentiment d’inutilité, de pauvreté grasse, et de tension quand le voisin se ramène avec la férarie… c’est si simple et pas de chômage. un peu de taule pour les coriaces. Mais souvent des heureux pour les fins de mois.
    aussi, un réalisateur de cinéma, condamné récemment pour possession et usage de coke … le comble c »est qu’il tournait un documentaire sur les ravages qu’elle provoque.

    J'aime

  6. gagner vite et bien : les petits dealers ont bien saisi le profil de l’époque -en ce sens et Madelin ne disaient pas le contraire – ils sont fort représentatifs du libéralisme bling bling poussé à son extrême – il n’y a que les pauvres qui gagnent leur vie à la perdre
    sinon pour la coke dénoncée et consommée : on ne parle bien que de ce que l’on aime ou déteste
    mort aux tièdes

    J'aime

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :