Klaus et Xynthia sont dans un bateau…

– Que d’eau que d’eau ! – devait se penser très fort et super inspiré (à la Mac Mahon) le nabot volant du haut de son hélico, survolant à la Bush son mini Katrina et les problèmes comme d’hab (occultant fort à propos le salon submersible de l’agriculture naufragée) tout à son exercice compassionnel qu’il affectionne tant : voix grave en caoutchouc, regard sombre avec brassières, écoute attentive tête penchée façon digue du cul.(à moins qu’il ne pensât nostalgique à ses vacances en yacht Bolloré du temps insouciant où il était encore vaguement crédible pour les plus de 75ans – la France d’aprés)

Enième version donc de l’homme qui à changé changé, dans l’austérité sobre de l’autorité restaurée, habitant gravement le job la fonction présidentielle, et se penchant (sur pilotis) au risque insensé d’un lumbago, sur la France souffrante et l’urne régionale méchamment embourbée.

C’te blague !!!

Car tout le monde sait que personne ne change (et surtout pas lui) et particulièrement les victimes landaises de Klaus attendant toujours dans les forêts en ruine, une tronçonneuse à la main, les jolis millions promis par l’indigeste Barnier, passé depuis, de ministre inconsistant de l’agriculture  non consistée à commissaire européen servant à rien. Sa spécialité.

Les Charentais et autres Vendéens, un pied dans l’eau et un pied devant feraient bien de se méfier des promesses en pédalo express, tenues devant les caméras clapoteuses et d’investir plus sûrement dans un zodiac à gros boudins ou un stock de serpillères avant que les projecteurs s’éteignent sur peau d’balle et balais de crin.

sortir la tête hors de l’eau

Je serais eux, j’aurai séquestré le blablateur amphibie, en gilet hybride de sauvetage et pare balles, le temps de toucher les aides d’urgence mais chacun sa stratégie : on ne peut quand même pas élire de Villiers et être très malin…

Il faudrait avoir l’idée saugrenue, (médiatiquement j’entends) de retourner patauger dans un an du coté de chez Xynthia, dans les marécages des illusions et promesses perdues (qui n’engagent que ceux qui les écoutent il va de soi) pour constater ce que sont devenus les jolis lotissements sur littoral inondable avec vue imprenable sur passe droit et tsunami.

Heureusement on peut faire confiance aux médias pour ne surtout pas suivre l’affaire. Une heure de barbotage vaseux et multixplex pour ne rien dire, le temps de charger mamie en direct dans le canot et pour ne surtout plus jamais y revenir. Ce sont des pros quand même !!!

Logos Pathos et Pas-d’infos selon le théorème de Pujadas

Quand le président qui ment, annonce que le chômage baisse, c’est que le chômage augmente, quand il dénonce les constructions dans les zones inondables, c’est qu’il préconise de construire dedans, quand il nous envoie les sous marins autant s’attendre au radeau de la méduse. Vendéennes Charentais, avant que de reboire la tasse, vous voilà au jus.

L’auditeur c’est comme le lapin, il s’attrape par les oreilles disait l’autre, sauf que quand la parole ne vaut plus rien c’est que l’orateur spongieux  ne vaut plus grand chose.

Ne reste plus qu’à l’essorer.

tgb

Publié par rueaffre2

TG.Bertin - formation de philo - consultant en com - chargé de cours à Paris 4 - Sorbonne - Auteur Dilettante, électron libre et mauvais esprit.

11 commentaires sur « Klaus et Xynthia sont dans un bateau… »

  1. ce lien je viens justement de vous le piquer pour le mettre ici hihihi selon la vieille théorie que rien ne se perd tout se transforme

    J'aime

  2. Tu avais mis le lien, le grisé de la phrase m’avait échappé. Voilà ce que c’est d’être en colère sur tout un tas de sujets identiques !

    J'aime

  3. C’est clair qu’il faudrait remettre un peu d’Ordre dans tes liens hypertextes. Ou alors, c’est encore le locataire de l’Elysée qui va devoir s’en charger. Il a beau avoir l’habitude de sauver tout et tout le monde, de tempêter tant et plus, ça va finir par le fatiguer, toutes ces interventions d’urgence…

    J'aime

  4. ben pour les liens pas trop de solution et l’idée d’en appeler au plus haut me semble discutable m’a l’air bien fatigué bien las le bonhomme en ciré jaune

    J'aime

  5. héhéhé oui mais pas sûr qu’il était invité au Fouquet’s celui là à vérifier – encore une victime du léberalisme en tout cas – quelle perte immense – juste aller faire un tour sur le courrier des lecteurs du point pour s’en convaincre – un grand moment de rigolade du genre – un soleil s’est éteint – il aurait du avoir le nobel de l’economie…il va manquer cruellement à C dans l’air … on dirait les fatals flatteurs c »est d’ailleurs peut être eux

    J'aime

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :