L’étrange malédiction du Fouquet’s

Le 6 mai 2007, au soir, Mr Nicolas S. organisait une petite sauterie entre amis au Fouquet’s, un restaurant select sur les champs Elysées, pour fêter joyeusement une brillante promotion.

Quelques semaines plus tard, alors que rien ne le laissait pressentir, il divorçait de sa femme, puis était victime d’un accident cardiaque, enfin son fils cadet (Jean Bac +1) avait un accident en scooter avant de perdre un boulot prometteur à la Défense.

Parmi les invités, et les jours qui suivirent :

Le jeune David M. devait quitter précipitamment Neuilly pour s’exiler aux USA.

Serge D. devenait inéligible juste avant que deux de ses mirages s’écrasent sur une vente au Bresil.

La maison Corse de Christian C. était vandalisée.

Christine A. Roger K. Bernard L. étaient virés de la fonction publique.

Basile B. était placé en garde à vue pour abus de confiance.

Rachida D. était abandonnée par le père de son enfant.

François F. harcelé, humilié par son patron tombait en dépression

Johnny H. sombrait dans le coma.

et pour finir, avant de continuer…

Henri P. au centre d’une violente polémique à double salaires perdait une de ses deux casquettes et tremblait pour son chapeau

Bizarre et angoissante affaire que cette chaîne maudite qui frappe tour à tour les invités de la liste funeste. Quelle sera la prochaine victime de cette terrible malédiction ?

Vincent B, Richard V, Jean R, Martin B ???

Aujourd’hui les 55 invités touchés par le cruel sortilège, ont peur.

tgb

Publié par rueaffre2

TG.Bertin - formation de philo - consultant en com - chargé de cours à Paris 4 - Sorbonne - Auteur Dilettante, électron libre et mauvais esprit.

13 commentaires sur « L’étrange malédiction du Fouquet’s »

  1. J’adore !
    Attention aussi à la malédiction du Bristol ! Les pâtes aux truffes sont co-responsables avec le Fouquet’s du malaise cardiaque, les soutiens pourraient financer lump en pure perte ;-))

    J'aime

  2. Une malédiction ? Tu rigoles : c’est la plus jolie histoire que j’ai entendue depuis longtemps. D’ailleurs : je croise les doigts, je croise les doigts, je croise les doigts…

    J'aime

  3. Ha merci tgb, je rentre chez moi, je me connecte, je lis et je ris, j’avais besoin de rire intelligent!
    … »Jean Bac+1″, ça reste, c’est dit, c’est son nom désormais.

    J'aime

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :