Sale putsch

Si, comme seul combat, en ces temps de contre révolution néo-conservatrice, de paupérisation et de désespérance, mme Ségolène et son Royal cheese de chez photo maton, n’a que la condamnation d’Orelsan et sa bluette adolescente en dépit amoureux versus 2009 à se mettre sous la langue, autant alors, qu’elle la fourre sept fois dans la gamelle de son néo chéri et qu’elle la ferme.

Parce que si chanter « sale pute » sur scène est juste grossier, exhiber son bikini sur paris match est carrément vulgaire.

Faut dire, qu’au concours de la vacuité obscène, de l’inanité scabreuse et de la mesure de quequette molasso-démocrate et socio-rencentrée, le PS est assez balèze.

Tant d’énergie à s’auto détruire, d’inventivité à se dissoudre, de logomachie à se parodier, tant de compétitions ‘d’égo’ morts nés, aussi enflés que creux pousserait presque à l’admiration.

Si ce n’était le peuple qui en faisait les frais ;

Et tandis que les quadras mal recadrés, petits coqs déplumés à la crête libéralement gominée tentent le grand paon et entrent dans la posture rebelle par la porte de derrière du financial Times, les quinquas mal requinqués, emplissent de leur vide sidéral ces médias de juillet qui en raffole tant.

Je ne parle même pas de ces philo-boursicoteurs, à la spéculation méta financière qui cogito ergo sum en leur limousine.

Une main sur le buzzer du télé crochet de Pue-la- vase-les flots, une autre plongée dans les petits fours Elyséens, qu’ils adhèrent enfin à la Garden Party et qu’ils nous lâchent la gauche.

Car ce qu’on voudrait entendre de la bouche d’un opposant non castré non ménopausé, on s’en fout, on n’est pas sexiste, c’est surtout la condamnation, par exemple de ce « sale putsch » au Honduras, où d’éviter pour le moins d’élire un plombier polonais à la présidence du parlement Européen se vantant sur CV d’avoir pour trophées, 22 fermetures de mines au dessus de sa cheminée.

Parce que pendant que l’oligarchie banquière se shoote une dernière fois aux bonus toxiques, avec cette frénésie symptomatique de l’addict qui pressent l’overdose, les tueurs d’utopie et autres fossoyeurs d’alternatives, infoutus d’oser un autre monde, d’inventer une autre vie, feraient bien de s’inscrire dare-dare au groupe thérapeutique des politiques anonymes afin de décrocher enfin.

Quant à moi, à cette « sale pute » bien inoffensive, quasi fleur bleue, je préfère de loin cette version anti « sale putsch » à jamais indémodable.

tgb

Publié par rueaffre2

TG.Bertin - formation de philo - consultant en com - chargé de cours à Paris 4 - Sorbonne - Auteur Dilettante, électron libre et mauvais esprit.

12 commentaires sur « Sale putsch »

  1. plus dépouillée plus « pure » évidemment moins sirupeuse c’est certain
    plus hivernale moins estivale plus nostalgique moins energique

    J'aime

  2. Il y a de quoi se réjouir de voir de si fins esprits se révéler. S’arrêter à ce type de polémiques en dit long sur l’intérêt de leur mission politique, faire parler d’eux. C’est bien dit en tout cas. Ouf, passons à autre chose.

    J'aime

  3. Cher Rue-affre,
    BiBi est allé sonner aux portes des Left-Blogs et en appelle à l’esprit d’initiative des pro-Ségo pour avoir enfin une réponse toute simple à une question pourtant toute simple : est-ce bien cette Madame Anne Méaux ( ex-adhérente d’Occident, groupuscule de droite extrême) la Conseillère en Com de Madame Royal ? Eh bien, personne dans l’entourage qui soutient Madame Ségo n’a été capable – pour l’instant (mais l’instant dure depuis plus de quatre mois !) – de répondre.
    Si tu as une idée, si tu as une réponse, BiBi te paye un coup à boire.

    J'aime

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :