Bonne nouvelle au fond

Le ver solitaire à ceci de particulier que, goinfré, au chaud dans le confort matériel et protecteur d’un intestin, il n’a plus besoin de cerveau pour survivre. Il devient paresseux.

C’est, et du fond de notre trou d’air politique, l’une des rares raisons de nous réjouir et ce qui advient aux têtes pensantes du libéralisme atlantiste et du fric triomphant, monopolisant les médias, et qui débarrassés de toute contradiction et confrontation intellectuelle , appauvrissent de jour en jour leur médiocre rhétorique et leur faculté à débattre.

Il faut avoir entendu les duels shamallow de Joffrin/Beytou, les bavardages en rond sur France culture le dimanche matin de Gallo/Michaud/Bourlanges/Bennhold à la pensée conforme où le ronronnement des crémols tièdes d’un Julliard/Ferry pour s’en convaincre.

Quand de ces tables rondes, où dans un souci d’éthique politique, on oppose en équilibre, un libéral de droite à un libéral de gauche, un Copé face à un Valls par exemple, il n’est pas rare d’entendre un tonitruant – je suis d’accord avec tout le monde – terriblement déstabilisateur – ou pire de constater – un léger point de désaccord – plutôt torride quand nos débatteurs déchaînés osent, en toute confraternité une nuance subtile et mineure à propos d’une pécadille.

A force de dérouler sans réfléchir, et par habitude, leur pensée lisse, clefs en main, de ne même plus se soucier d’argumenter vraiment ou de vérifier le moindre fait, tous ces tristes clones de la pensée dominante, voix de leur maître, et larbins de la cogitation unique pour les nuls finissent par endormir définitivement leurs neurones.

C’est bien ce qui est arrivé, un soir de cette semaine durant l’émission iconoclaste et assez miraculeuse de l’excellent Taddeï (ce soir ou jamais)  à une brochette de néo-conservateurs en goguette : Bruno Tertrais, Frédéric Encel, François Heisbourg, les vrp de l’atlantisme joyeux et atomique, venus comme d’hab en touriste, avec deux arguments frelatés, défoncés par Sara Yalda, Roland Dumas, Yan Richard et Marc Edouard Nabe qui eux maîtrisant furieusement leur sujet ( en l’occurrence l’Iran) et l’art de la  polémique baston, mirent les néo-pitres intellectuellement à poils et médiatiquement à mort.

Il faut bien le reconnaître, à force  de biberonner au Diet Coke, les néo-cons, à l’instar de leur héraut président ne tiennent pas plus la bouteille que la dialectique.

A retenir une des meilleures saillies d’un Nabe provocateur très en grande forme de la grande gueule :

– Ici vous n’êtes pas à C dans l’air, z’êtes pas chez vous !!! –

Cette petite anecdote juste pour dire que dans notre malheur Sarkozien, sous les coups de buldozer décomplexé et surpuissant, devoir faire preuve d’une résistance créative, d’une stratégie réinventée, d’un projet dépotant et d’une sémantique renouvelée, ne serait ce que parce que, privé de tout moyen de tout support, de tout relais, nous n’avons pas d’autre choix, va nous obliger à sacrément muscler nos neurones.

Contrairement à une certaine bande de pitres journaleux mercenaires, experts notables en tout et rien, pipolosophes de nombril germanopratin et mollement installé dans deux idées fastoches et dangereusement usées jusqu’à la corde ( antisémitisme et antiaméricanisme primaire) nous n’avons pas les moyens de nous offrir un intestin trois pièces cuisine, d’être nourri logé blanchi par le pouvoir et ses amis nantis.

Dans notre traversée du désert politique, la nécessité d’être imaginatif et de réinventer notre guérilla et peut être au final ce qui pouvait nous arriver de mieux.

Bonne nouvelle au fond (bien au fond) :

Les ténias c’ est pas nous.

tgb
 

 voir également débat Kouchner Morgan Sportes chez Zgur – édifiant –

Publié par rueaffre2

TG.Bertin - formation de philo - consultant en com - chargé de cours à Paris 4 - Sorbonne - Auteur Dilettante, électron libre et mauvais esprit.

6 commentaires sur « Bonne nouvelle au fond »

  1. L’obésité tue, c’est bien connu. À force de s’empiffrer devant ceux qui ont faim… on peut deviner la fin de l’histoire.
    Je me préfère ver de terre.

    J'aime

  2. Merci pour le lien tgb.
    En effet, nous sommes sur le même sujet.
    Il n’y a que des teigneux (comme Sportès, et Nabe dans un autre genre) pour secouer les mollusques habituels et habitués aux questions molles des débats invertébrés dont la fonction est d’occuper le terrain, et non pas de débattre mais de faire semblant.
    Et merci à Kulturam pour l’interessant rappel des déclarations d’Emmanuel Todd (avril 2007 !).
    Zgur

    J'aime

  3. Execellent !(comme d’habitude!) et surtout met en relief une idée (deux ou trois en fait) très importante (et réconfortante! il y a peut-être une justice immanente)
    la première avait déjà été mise en relief par la journalistes (des vrais!) de PLPL, mais qui le lit ? 10 00 personnes?
    Mais la conséquence (le syndrome du Ténia, qui peut-être deviendra à l’avenir une formule célèbre et reconnue des sociologues!) c’est nouveau, les choses les plus simples sont souvent longues et découvrir, et mettre à jour la vérité est une vraie joie, et un progrès.

    J'aime

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :