Lettre à mes gens

DdI6YwqWAAAXm29.jpgChers riens, chers fainéant(e)s, mes très cher(e)s cyniques,

C’est de Saint-Tropez, charmant petit port de pèche modeste et typique de notre start up nation, made in Europe, ce vieux continent de petits bourgeois se sentant à l’abri dans le confort matériel des ronds points, que je vous écris cette lettre que vous lirez peut-être, si vous savez lire et si vous n’êtes pas bourrés à cette heure, bande d’alcooliques assistés tout juste bons à boire votre RSA aux Bahamas et à chialer sur votre CSG et vos 5 euros d’APL de merde.

Sachez tout d’abord que si vous prenez le temps de me lire et que malgré ma subtilité et mon intelligence vous arrivez à me comprendre ma pensée complexe, c’est que vous avez du temps de libre et que probablement vous ne vous êtes même pas donné la peine de traverser la rue pour trouver du boulot et vous acheter un costume neuf.

Que vous ne soyez pas foutus de devenir milliardaires, justement exemptés d’ISF, comme mes patrons amis potes Arnault, Niel, Lagardère…passe encore, qu’à l’instar de ma RH copine complice Penicaud vous n’ayez même pas chouravé gagné 1 million d’euros en licenciant 900 cadres inutiles, admettons, mais que vous n’ayez rien d’autre à foutre le samedi que d’aller vous faire volontairement éborgner vêtus d’une sorte de gilet jaune moche comme tout hideux et même pas tricoté par Brizitte juste pour me faire chier, alors que je ne sens pas de colère dans le pays et que je vous ai lâché une prime pour vous éviter d’aller vendre de la drogue dans les quartiers, prouve bien que vous êtes des gaulois réfractaires à tout changement.

DwvFcITXgAMrG47.jpg

Si vous n’êtes pas capable de piger que la démocratie est le système le plus bottom up de la terre et que je suis l’émanation du gout des français pour le romanesque alors en tant que leader du monde libre je vais vous envoyer casser des cailloux à Cayenne sur l’île de Guyanne pour vous apprendre à faire des efforts et comme Castaner, les chèvres indiennes à vous prosterner devant moi.

Bref, en tant qu’hyper président manager et dieu solaire et jupitérien, je vous renouvelle tout mon mépris disruptif et vous demande finalement de ne plus venir me chercher, mon valet de pisse Benalla étant passé me prendre.

Sinon à part ça vous pouvez toujours pensez printemps ça vous occupera

Je vous hais.

E. macron


(alias tgb)

Share|






tous les mots en italiques sont des citations littérales

http://s7.addthis.com/js/250/addthis_widget.js#username=xa-4cf6622238991a5a

Publié par rueaffre2

TG.Bertin - formation de philo - consultant en com - chargé de cours à Paris 4 - Sorbonne - Auteur Dilettante, électron libre et mauvais esprit.

7 commentaires sur « Lettre à mes gens »

  1. En plus il a dû en dire d’autres, tout aussi relevées…
    Un insulteur d’anthologie, payé au mot : c’est pourquoi il n’est financièrement pas à plaindre. Ses patrons doivent être contents de lui. Quant à nous, nous ne sommes que soixante millions de moustiques, lancinants les soirées d’été, mais comptant pour peu de chose. En revanche, à force cela pourrait piquer et faire des cloques qu’on n’efface pas d’un clic.
    Le déclic se fera-t-il ? « A la fin, c’est nous qu’on va gagner. » Foi de Ruffin.

    J'aime

  2. j’ai peu d’estime pour le dalaï lama mais bon :
    “Si vous avez l’impression que vous êtes trop petit pour changer quelque chose, essayez donc de dormir avec un moustique.

    J'aime

  3. Quant à la lettre, ils disent tous 5 pages. Sauf qu’on constate que les lettres sont grosses, les espaces importants, les marges itou. Le stratagème éculé des élèves qui sont à sec d’inspiration devant le sujet de la dernière rédac. à rendre. Au total même pas une demi page du Don Quichotte dans la pléiade ( ça c’est pour dire que j’ai de la culture et des moyens). Le fond, on pourrait le résumer par la formule bien connue de Coluche :  » dites moi ce que vous voulez et je vous expliquerai comment s’en passer  »

    J'aime

  4. Une célèbre tirade pour enjoliver « Lettre à mes gens »du citoyen TGB.
    « Voilà ce qu’à peu près, mon cher, vous m’auriez dit
    Si vous aviez un peu de lettres et d’esprit
    Mais d’esprit, ô le plus lamentable des êtres,
    Vous n’en eûtes jamais un atome, et de lettres
    Vous n’avez que les trois qui forment le mot: sot! »

    J'aime

  5. @AF30 – avec ta formule fort pertinente le macreux eut fait une belle économie de verbiage
    @Robert – et sot est un doux euphémisme pour ce vaurien

    J'aime

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :