La réponse est dans la question et vice versa

En termes de communication, vous avez tout une typologie de questions qui va de la question ouverte – que pensez vous de…

à la question fermée oui/non.

Entre les deux, en entonnoir, on trouve également la question semi ouverte ou semi fermée, genre, question de fait : qui quoi quand comment …que l’on mémorise avec ce truc mnémotechnique CQQCOQP,

la question alternative, qui certes offre un choix, mais pour le moins cadré

la question orientée qui induit le champ de la réponse …

jusqu’à la question rhétorique

qui elle n’appelle pas de réponse tant elle est inductive.



induction négative s’il en est.

bref, combien je vous dois ? ou est-ce que je vous dois quelque chose ?

si le sens de la question reste le même l’impact en est bien différent.

Il n’est pas de question innocente, toute interrogation véhicule du connoté, de l’implicite de l’influence plus ou moins.

Ainsi les sondages reposent sur des questions types qui se voudraient neutres mais dont les biais conscients ou inconscients voulus ou pas, influent largement le champ de la réponse.

choix des mots, dramatisation ou pas, tournures des phrases, occurrences, figures rhétoriques…


N’oublions jamais que l’objectif de l’institut de sondage est de satisfaire le client et donc de lui offrir clef en main ce qu’il espère.

Rien de plus facile donc que de manipuler l’opinion, fabriquer le consentement ou un président et ce n’est pas par hasard si les milliardaires

en plus de s’offrir les médias complètent leur panoplie avec des instituts de sondage.

Comment convaincre l’opinion publique ?

La méthode est maintenant connue, rodée, même un poil éventée :

Un sous ministre lance une idée moisie de réforme bien pourrie, des éditocrates bien larbinés – Cohen Aphatie Barbier…- reprennent l’idée en la vantant, un article élogieux parait soudainement dans quelque journal de référence, un rapport sur le sujet sort comme par enchantement d’un tiroir, puis un sondage trafiqué indique qu’une majorité de français soutient le projet et le tour est joué.

Exemple : la réforme de la sncf –

quand on pose une question fermée assez neutre

Avez vous une bonne image des cheminots ?

la réponse est sans ambiguïté

oui à 72%

On s’étonnera d’ailleurs de l’amateurisme de ce média en pleine crise d’honnêteté sondagière, car en principe si on pose une question fermée on prendra soin d’y mettre un avant propos un chouïa subjectif

ou de libeller la question de manière radicalement pourrie

J’en ai concocté une moi-même, testée sur un panel de 4 participants, échantillon parfaitement représentatif donc, et le résultat escompté ne s’est pas fait attendre

Dans mon florilège de questions bien tordues bien perverses, j’ai un petit faible pour celle ci :

ou comment, que vous soyez d’accord ou pas avec la réforme, vous devez quand même dire oui à la fin et pis c’est tout.

A ce stade d’acrobatie sémantique et de jeu d’influence, la réponse est tellement dans la question qu’elle n’a même plus lieu d’être.

Ma réponse est oui maintenant posez votre question – Woody Allen

En passant, je vous livre ce petit bijou où l’absurde le dispute à la poésie

Bref on nous sonde en nous enfonçant une carotte dans l’oignon bien profond.

Et me revient alors un extrait des Simpson…

Alors que le maire de Springfield en débat public propose de valider une décision fort discutable, il propose à son auditoire de crier

oui s’ils sont pour

ou

mort à l’Amérique s’ils sont contre

je vous laisse deviner le résultat de la concertation

tgb

Share|






Publié par rueaffre2

TG.Bertin - formation de philo - consultant en com - chargé de cours à Paris 4 - Sorbonne - Auteur Dilettante, électron libre et mauvais esprit.

10 commentaires sur « La réponse est dans la question et vice versa »

  1. Le principe de manipulation de masse par des tactiques de logique formelle multiples a décuplé l’efficacité des think tanks, particulièrement depuis les années 80…Le décryptage lui-même devient trucage. Voir Zinoviev, Les Hauteurs Béantes.

    J'aime

  2. Ceci vaut autant pour le social (démolir les services publics les uns après les autres) que pour le sociétal (voir les sondages de l’Obs où une large majorité des Français est favorable à la GPA?! si vous le dites…)

    J'aime

  3. social societal ça marche pour tout le societal étant la caution « progressiste » pour mieux faire reculer le social

    J'aime

  4. Il n’y a qu’une réponse:
    « Participer à toute activité s’opposant radicalement à la poursuite de l’effroyable aventure capitaliste est la seule tâche qui vaut désormais la peine. » (Jorge Valadas)

    J'aime

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :