Sans moi !

Le débat Macron/Lepen comme miroir médiocre de la France hollandaise

Face au choix historique d’un destin singulier

 la France « résistante » 

et pavlovienne

opte pour la conformation fabriquée

et le suivisme 

 entretenu par l’assurance vie du système

et donc…

tgb

Share|






Publié par rueaffre2

TG.Bertin - formation de philo - consultant en com - chargé de cours à Paris 4 - Sorbonne - Auteur Dilettante, électron libre et mauvais esprit.

4 commentaires sur « Sans moi ! »

  1. Pour une relecture de l’ oeuvre admirable de Giacometti :
    « L’homme en marche » mais les pieds englués dans le sol.
    « L’homme en marche » vers quelle horizon ?
    Rien, Néant. L’homme est finement esquissé, le discours est linéairement tracé … Les historiens d’arts font l’éloge de ce qui est un pas vers l’avenir.
    Or, si on observe plus attentivement, l’homme disparaît peu à peu laissant place au vide de ce qui l’entoure, à la fine faille d’un système courte-paille.
    Il se tient debout bien droit, rigide sur le socle de haine et de violence qu’engendrent les divisions.
    « L’homme en marche » est-il encore un homme ?
    Non, il est juste « En marche ».
    M.B (abstentionniste)

    J'aime

  2. Bien vu il n’y a plus d’homme mais plus que de la marche et pour pousser un peu plus d’homme et plus que du marché

    J'aime

  3. Il ne reste plus que le marché aux esclaves. Plus fort : pour un bon nombre, ils sont consentants.
    Relire La Boétie : son œuvre de jeunesse, de la fin du XVIe siècle, n’a pas pris une ride.

    J'aime

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :