En attendant Godot !

141_20081101170841.jpg

« A-t-on des nouvelles de monsieur de Lapérouse ? » s’enquérait encore Louis XVI, quelques instants avant d’être conduit à l’échafaud, le 21 janvier 1793, obsédé qu’il était par l’expédition maritime du capitaine de vaisseau à jamais disparu.

Il ne risquait pas d’en avoir. Ni de l’Astrobale, ni de la Boussole.

« A-t-on des nouvelles de la courbe du chômage ? » pourrait être la dernière phrase de Flanby en boucle quelques secondes avant d’être jeté dans les poubelles de l’histoire tant il semble obnubilé par les statistiques de l’emploi et prêt à tout y compris à dévaster ce qui fait la cohésion sociale de ce pays pour la ramollir.

Comme si, toute la politique française et toutes ses perspectives ne devaient se réduire qu’à ça et justifier tous les reniements, tous les renoncements et toutes les trahisons.

Dix fois Louis XVI eut pu sauver sa tête et infléchir le cours de l’histoire. Dix fois il eut l’opportunité de changer son mode de pensée et de raisonnement, d’appréhender autrement les évènements, de se réconcilier avec l’histoire. Sauf qu’il était tout simplement incapable de par sa programmation, son éducation, son conformisme, d’imaginer une autre forme de pouvoir, une alternative.

Dix fois, cent fois, Flanby 1er et ultime, eut la possibilité de bouger les lignes, d’écouter autrement, de penser et d’agir contre lui-même mais avec le pays, d’entendre et de réajuster. Dix fois, cent fois, il eut l’occasion de prendre en compte les signes annonciateurs du désastre, les alarmes hurlantes qui s’élevaient du territoire, d’y répondre enfin et de proposer un véritable projet, un vrai défi, un avenir à ce pays.

Il n’en aura rien fait que d’attendre Godot.

9ae23154-a2d0-11e2-904b-d18b80288ab7.jpg

Il n’en avait ni la souplesse intellectuelle, ni les capacités psychologiques, pas plus l’intelligence de la situation, que les ressources créatives et surtout pas l’envergure. Il n’y a pas l’ombre d’une audace chez cet homme normal, formaté, pas la moindre dimension transgressive, aucune démesure.

Il est le bon élève studieux, consciencieux et chiant jusqu’à l’absurde.

C’est un perdant d’avance.

A ce stade de blocage mental, d’idée fixe maniaque, on peut parler d’une forme de pathologie, de psychose, d’une construction mentale figée et d’étroitesse d’esprit.

Hollande le centré, est incapable de changer d’angle ou de se décaler. Aussi limité que psychorigide. Qu’au prix d’une obsession et d’une même méthode comptable, il soit prêt à mettre le pays à feu et à sang par obstination et vanité souligne dangereusement ce manque de vision coupable.

Que la courbe du chômage augmente ou s’inverse n’est maintenant plus le problème. A coups de centaines de milliers de radiations et de milliards bradés au patronat, il finira bien par y avoir comme un vague reflux, histoire de faire coïncider la réalité à la théorie. Mais qu’importe, quand on réduit un pays à une asymptote sans lui donner plus de destin et sans autre ambition transcendée alors on sait déjà que le vaisseau va sombrer.

9ae23154-a2d0-11e2-904b-d18b80288ab7.jpg

Oui il y a un évident cousinage entre Flanby et Louis XVI. Ni mauvais bougres, ni tyrans, faisant de leur mieux, laborieusement. Mais comme Louis XVI, Hollande est simplement trop petit pour un destin trop grand.

« A-t-on des nouvelles de monsieur de Lapérouse ? »

– Oui monsieur, on en a : il est par 15 mètres de fond.

tgb

http://s7.addthis.com/js/250/addthis_widget.js#username=xa-4cf6622238991a5a

Publié par rueaffre2

TG.Bertin - formation de philo - consultant en com - chargé de cours à Paris 4 - Sorbonne - Auteur Dilettante, électron libre et mauvais esprit.

16 commentaires sur « En attendant Godot ! »

  1. Ces gens si formatés par leurs études et dogmes qu’ils sont incapables d’imaginer qu’un autre monde est possible…
    Cette rigidité intellectuelle me navre mais elle n’est pas, hélas, uniquement le fait de l’élite.
    Très bon papier qui prête à la réflexion sur les ressorts de TINA et parfois sur nos propres blocages et peurs.
    .

    J'aime

  2. Oui cet aveuglement cette obstination dans l’erreur cette incapacité à sortir de son système de pensée cette pauvreté intellectuelle qui fait qu’un homme arrivé au sommet de l’état s’accroche désespérément à une idée une seule comme à une bouée fait peur. Hollande ? un monomaniaque !

    J'aime

  3. A moins que Flamby ne soit depuis le départ en service commandé pour gérer le TAFTA, la « Dette Souveraine » (lol) et la « transition énergétique » avec les USA et General Electric comme parrains. Allez donc savoir…

    J'aime

  4. Oui c’est aussi une possibilité à laquelle j’ai pensé, mais dans ce cas je l’imaginerais plus subtil et plus stratège.

    J'aime

  5. Hollande n’est pas dans l’erreur. C’est un homme cultivé et intelligent. Il n’a jamais êté de gauche et par conséquent il m’est en œuvre méthodiquement une politique à laquelle il adhère totalement. Donc il ment sciemment.Prolonger tant qu’il est possible cette œuvre puis le relais passera à l’autre droite qui fera avancer un peu plus cette logique et ainsi de suite. Ce qu’il leur faut c’est assurer une cuisson à feu doux et de temps en temps laisser échapper un peu de vapeur pour éviter l’explosion.

    J'aime

  6. Ça oui je peux l’entendre mais il est tellement mauvais à ce jeu la que je comprends que déjà on fabrique valls pour prendre sa place qui n’est d’ailleurs pas très bon . Et dire que tout ça c’est parce que dsk leur candidat idéal s’est suicidé politiquement juste avant

    J'aime

  7. Bof, oui, sans doute, mais on aurait eu DSK ou n’importe quel autre social-collabo, cela n’aurait rien changé : perpétuation d’une politique de droite anti-pauvres, c’est tout. Qu’importe le guignol qu’il mettront en avant, il n’y a plus personne de gauche chez les solfériniens, ils ont tous foutu le camp et ils ont eu raison. Il faut que crève le P »S » et son paillasson, le PCF, pour que vive la gauche !

    J'aime

  8. Oui je disais que dsk était le candidat choisi par le système et qu’à la place ils ont du prendre un médiocre remplaçant mais oui l’urgence est de faire crever le PS accessoirement le Pc si ce n’est déjà fait pour qu’une nouvelle gauche renaisse je suis d’accord avec ça

    J'aime

  9. « Hollande le centré, est incapable de changer d’angle ou de se décaler ». Pourquoi?
    Les élites sont formés à « La pensée zéro » alternative, (pour reprendre une déjà vieille expression d’Emmanuel Todd,voir L’illusion économique, 1997) sous la pression des organisations du big-business. Ces gens sont loin d’être bêtes, ils entretiennent la confusion des esprits par la montée des extrèmes droites et du « terrorisme » religieux. Naomi Klein appelle cette stratégie, « le Capitalisme du désastre » qui statistiquement favorise plus l’expression des instincts que de la sagesse. Raison pour laquelle nous avons une élite performante dans les hautes technologies et nulle dans les humanités qui fait craindre une totale aliénation par la technique. Mais ce n’est pas irréversible, l’Histoire continue, la conscience humaniste progresse comme un « Godot » qui, contrairement à la pièce de Beckett, peut arriver. C’est sans garanties et c’est aussi possible, l’Humanité disparaitra comme le sieur de la Pérouse, aprés quelques révolutions et guerres ultra sanglantes. Restons optimiste, comme l’écrivait Axel Kahn, « l’Homme est un roseau pensant ».

    J'aime

  10. oui tout dans l’esprit de géométrie rien dans l’esprit de finesse sauf qu’en plus leurs comptes sont faux – Un Godot peut arriver oui mais il aura un coût terrible. j’ai longtemps cru à une pédagogie du désastre Naomie Klein m’a enlevé même cette illusion. Mias je reste un désespéré optimiste.

    J'aime

  11. « Désespéré optimiste », cet oxymore me fait penser à Filochard,le pied nikelé du PS? Non, tu es plutôt un optimiste résistant au désespoir!:-)

    J'aime

  12. Oh pardon, c’est vrai que dans la BD, la tête de Filochard a la moustache d’Hitler plus l’oeil de Jean-Marie Lepen!!!!!

    J'aime

  13. A propos du roseau pensant , dixit A. Vialatte : « L’homme serait un roseau pensant. Disons un roseau pensif… Ou même songeur… Disons un salsifis songeur. »

    J'aime

  14. m’ouais je me méfie toujours des affirmations définitives de cette sorte mais que le capitalisme aille vers un régime autoritaire c’est une évidence je ne vois d’ailleurs pas comment il pourrait faire autrement – cela dit croire qu’ils contrôlent tout c’est leur faire un bien grand honneur –

    J'aime

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :