Du Général au Général sans passer par le particulier

Ah ben voilà un bon vieux coup d’état comme on les aime en Amérique donc en Europe. Voilà de la belle ouvrage, du putsch avec uniforme, de la junte militaire avec suspension de constitution et couvre-feu, de l’information au garde à vous et de la loi martiale.

Oui, un bon vieux coup d’état des familles, tandis que des militaires américains participent conjointement à des manœuvres avec les militaires thaïlandais et découvrent tout à fait par hasard, c’est ballot, la prise de pouvoir par l’armée à la télé.

Et c’est donc tout naturellement que la communauté internationale, c’est à dire nous, vu que le reste du monde n’existe pas, condamne fort mollement cette atteinte à la démocratie, parce que pour l’occident les dictatures c’est un peu comme le cholestérol, y’en a de bonnes et de mauvaises suivant qu’elles nous arrangent ou pas et que sur ce coup, diplomatiquement, c’est ce que l’on appelle le minimum de l’indignation syndicale et médiatique.

Un peu comme pour le Honduras ou le Paraguay dont tout le monde se fout.

Parce que les révolutions Orange, les soulèvements spontanément préparés en Ukraine, les révoltes scénarisées au Venezuela avec tirs sur la foule mis sur le compte des méchants, ça va bien cinq minutes mais ça finit par ressembler à rien et faudrait voir à pas négliger les vieilles recettes qui ont fait leurs preuves.

Dégommer du Kadhafi c’est bien gentil mais ensuite qui c’est qui range qui nettoie tout le bordel hein ? et c’est pas Sarkozy qui risque de prêter sa femme de ménage pour un extra, qu’on peut pas trimballer BHL partout que des fois il a piscine.

Donc après avoir dégagé du Colonel bien obligé de remettre du général pour gérer le particulier.

Tout pareillement en Egypte ou Sissi, le militaire local, nous fait condamner à mort du frère musulman par paquets de 500 que c’est quand même plus productif que toutes ces fumisteries de révolutions colorées qu’on y comprend plus rien de qui manipule qui.

Et puis se retrouver acoquiné à des groupes néo-nazis ça finit toujours par faire un peu cracra.

Ahhh oui le bon temps, du « golpe de estado » avec son Pinochet et son école de Chicago pour expérimenter l’ultra libéralisme dans toute sa splendeur, la vieille nostalgie de la dictature sanglante de ce cher Suharto en Indonésie qui découpa en rondelles près d’un million de communistes sous l’œil ému et reconnaissant de l’Oncle Sam, la belle époque de l’Argentine aux ordres, du réseau Gladio

Merci donc aux militaires thaïlandais de perpétuer cette noble tradition du coup d’état sous l’œil attendri du monde libre, qui fronce un peu les sourcils par principe mais qu’est pas trop regardant au final tant ça lui rappelle sa jeunesse.

tgb

Publié par rueaffre2

TG.Bertin - formation de philo - consultant en com - chargé de cours à Paris 4 - Sorbonne - Auteur Dilettante, électron libre et mauvais esprit.

7 commentaires sur « Du Général au Général sans passer par le particulier »

  1. Effectivement la démocratie est un leurre, même ici quand on entend sur les antennes la réaction virulente de généraux français contre la prochaine loi de programmation militaire!! L’armée française, la grande « muette »? mon cul!

    J'aime

  2. Et en Europe, à l’eurofascisme de non-élus s’oppose le national fascisme d’élus au rabais….Pas besoin de général!

    J'aime

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :