Aldo s’en va t’en guerre

« aussi longtemps que nécessaire »

Ainsi s’exprimait hier, avec une précision diabolique, devant les ambassadeurs français réunis, Aldo s’en va t’en guerre, le matamore déterminé de la mort des autres, rapport à la présence de l’armée Française en Afghanistan.

« aussi longtemps que nécessaire », donc « et aussi longtemps que le souhaitera le peuple afghan », car le Richard Virenque de la politique à rétropédalage, qui vainquit lui-même cet été à la force de ses petits mollets épilés le col du Canadel (269 mètres d’altitude) qui fit ses classes sur le terrain miné et exposé des ministères et qui bouta le Rom patibulaire hors de nos frontières, connaît personnellement l’opinion des diverses ethnies composant ce territoire vaguement montagneux : Pachtounes, Tadjiks,  Hazaras, Ouzbeks, Aimak, Turkmènes, Baloutches, Pashayis, Kirghizes et Nouristanis…

C’est dire si, à la pédale et tout en danseuse, Aldo en connaît un rayon géostratégique.

Certes, comme le reconnaît lui-même et en personne notre héros déterminé à rester déterminé pour une durée indéterminée jusqu’à ce qu’il change déterminé d’avis, si  » le prix humain est lourd », la salive est légère, car « imaginons ce qu’il en serait si nous n’étions pas là ? »

Et effectivement nous n’osons même pas imaginer ce que deviendrait l’Afghanistan et ses  6 52 5 0 0 k m 2, si nos 3500 pious-pious (-47) venaient subitement à manquer à l’appel du monde libre, glabre et non faussé pour combattre l’hirsute barbarie enturbannée.

Le chaos, pas comme l’Irak apaisé.

Un léger bémol toutefois.

Forte de 150 000 hommes (nonobstant les milliers de mercenaires de la guerre privatisée) l’Isaf (force internationale d’assistance à la sécurité) devra se passer très vite des 2000 soldats des Pays-Bas qui ont commencé le 1er août à retirer leur contingent militaire, des 3000 soldats du Canada, des 4400 soldats allemands et des 100 000 soldats US dés 2011, mais ce n’est pas ce qui va troubler la détermination déterminée d’Aldo génie militaire, pas du genre à se laisser dicter sa conduite par les opinions publiques, pensez bien.

Là où les anglais, les soviétiques et les américains prirent une branlée mémorable, Aldo rouleur de mécaniques et ses 3500 mousquetaires parviendront hop là à pacifier l’immense territoire Afghan ravagé, parce que c’est comme ça na ! sinon Aldo, retient sa respiration « aussi longtemps que nécessaire ».

C’est dire si, à l’échelle de l’histoire, Alexandre le Grand et Gengis Khan resteront, à côté du cycliste vagal, de petites bites.

tgb

à dans huit jours….

Publié par rueaffre2

TG.Bertin - formation de philo - consultant en com - chargé de cours à Paris 4 - Sorbonne - Auteur Dilettante, électron libre et mauvais esprit.

15 commentaires sur « Aldo s’en va t’en guerre »

  1. et pourquoi donc Carla a t’elle de gros tétons et de petits seins ?
    parce qu’Aldo à une grande gueule et de petites mains….(le reste je sais pas il a surtout les cojones des autres)

    J'aime

  2. Putain ! Cette guerre : qu’attend on pour partir ?
    Le pays est intenable, Nos soldats meurent pour rien. La culture du pavot prolifère. Ceux qu’on appelle des Talibans n’en sont pas toujours. C’est l’anarchie totale. La corruption est partout.
    Que fait on dans ce guêpier ?
    Comment un pays comme le nôtre qui a tant d’expérience (désastreuse) dans les guerres coloniales a pu se laisser entraîner dans une aventure aussi folle ?
    On est vraiment gouverné par des cons et des immatures !

    J'aime

  3. les planqués dans des postures de caïd couillu ont toujours adoré verser le sang des autres – bush blair cheney…ça leur sert de virilité.

    J'aime

  4. Putain, notre pays est en guerre intérieure ( contre Roms et autres Romanos); il est en guerre extérieure aussi, en Afghanistan – avec l’armée allemande – Si les Voix s’élèvent à l’intérieur contre la Honte de la Chasse aux Roms, on n’entend guère nos Grands Démocrates de Gauche protester contre cette sale guerre.

    J'aime

  5. « pourquoi donc Carla a t’elle de gros tétons et de petits seins ?
    parce qu’Aldo à une grande gueule et de petites mains…. »
    C’est donc un couple darwinien ?
    Ou plutôt , pour être plus exact : lamarckien ?
    La fonction ici crée l’organe , mais pour ce qui est de l’évolution, on ne sait pas trop où elle mène … ( vaut sans doute mieux pas le savoir ).
    Sa nano-pensée est parfaitement adaptée à sa personne, comme le reste de ses capacités qui font avec le bonhomme un tout assez cohérent à défaut d’être harmonieux.
    S’ils font des petits ceux-là, je demanderai à ce qu’on m’en mette un de coté , par pure et simple curiosité .

    J'aime

  6. ha ben c’est marrant ça, en lisant votre article je me suis souvenu d’une bien étrange chanson :
    Chanson tricolorisée AAA
    Nous n’irons plus jamais, où tu m’as dit je t’aime,
    Nous n’irons plus jamais, comme les autres années,
    Nous n’irons plus jamais, ce soir c’est plus la peine,
    Nous n’irons plus jamais, comme les autres années;
    Karachi, c’est fini,
    Et dire que c’était la ville de mon premier amour,
    Karachi, c’est fini,
    Je ne crois pas que j’y retournerai un jour.
    Karachi, c’est fini,
    Et dire que c’était la ville de mon premier amour,
    Karachi, c’est fini,
    Je ne crois pas que j’y retournerai un jour.
    Nous n’irons plus jamais où tu m’as dit je t’aime,
    Nous n’irons plus jamais comme les autres années;
    Parfois je voudrais bien te dire recommençons,
    Mais je perds le courage sachant que tu diras non.
    Karachi, c’est fini, boum boum tsoin tsoin
    Et dire que c’était la ville de mon premier amour,
    Karachi, c’est fini, je ne crois pas que j’y retournerai un jour.
    Karachi, c’est fini, et dire que c’était la ville de mon premier amour,
    Karachi, c’est fini, je ne crois pas que j’y retournerai un jour.
    Boum, boum tsoin tsoin ;
    Nous n’irons plus jamais, mais je me souviendrais,
    Du premier rendez-vous, que tu m’avais donné,
    Nous n’irons plus jamais comme les autres années,
    Nous n’irons plus jamais, plus jamais, plus jamais.
    Karachi , c’est fini, et dire que c’était la ville de mon premier amour,
    Karachi , c’est fini, je ne crois pas que j’y retournerai un jour.
    Karachi , oh c’est fini, et dire que c’était la ville de mon premier amour,
    Karachi , oh c’est fini, je ne crois pas que j’y retournerai un jour.
    Oh Karachi oh c’est fini,
    Et dire que c’était la ville de mon premier amour
    Oh Karachi c’est fini, je ne crois pas que j’y retournerai un jour.
    Oh Karachi , oh c’est fini,
    Et dire que c’était la ville de mon premier amour
    Oh Karachi , c’est fini, je ne crois pas
    Que j’y retournerai un jour.
    By Police Porky’s

    J'aime

  7. Le casting ne correspond pas du tout !
    Là on est plus près d’une version trash de la famille Adams, dans un remake du vilage des damnés revu et corrigé par Lelouch et agrémenté d’un casting à la Max Pecas .

    J'aime

  8. ah putain (s’cusez la vulgarité) ça faisait (trop) longtemps que j’étais pas passé ici. L’est en forme le tgb ! J’ai bien ri (toujours un peu jaune) merci !
    William

    J'aime

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :