L’Oreal de rattrapage

Le candidat Nicolas S. a-t’il  réussi son oral de rattrapage de président de république irréprochable coeff 6 ?

A cette question métaphysique essentielle la réponse est :

On s’en fout.

Lui qui nous avait fait croire qu’il était bachelier es mentionné, alors qu’il n’avait décroché son bachot que par le bout du bout de la langue blablateuse, ne s’adressait de toute façon pas à nous. 

Il s’adressait à sa clientèle « vieux, Alzheimer, option somnolence » qu’il tentait de rattraper avant qu’ils ne se cassent définitivement roupiller sur Joséphine ange gardien, mièvrerie déloyale de la chaîne d’en face, rapport à la concurrence entre personnes de petite taille.

Tel était l’enjeu principal de la causerie crépusculaire qui nous concernait donc peu.

Nous on sait.

On sait que le décomplexé du pognon fricote avec l’argent depuis toujours, qu’il deale du bouclier fiscal contre du financement politique, qu’il  quête principalement chez les défiscalisés, qu’il bricole des rétro commissions sous marines et pakistanaises, qu’il est le représentant officiel  de la classe dominante, qu’il hait les pauvres, qu’il s’augmente généreusement, qu’il a un don certain pour la muflerie médiatique, qu’il se fait des caprices de gros navion et que toute accointance politique avec les grandes fortunes n’est pas une coïncidence.

Ensuite, que l’intègre Woerth ou pas, en soit une de ces nombreuses tentacules, propre et visqueuse…

On sait aussi que le candidat à la petite semelle, qui carbure au sirop sarko, mielleux et volontaire, accumule, approximations, erreurs, inexactitudes, contradictions et balivernes, qu’il enfile les clichés démagos comme des perles, qu’il est expert baratineur en gériatrie avancée sur cerveau disponible de personne vulnérable et que son examinateur à moumoute assoupie, lui a filé les questions à l’avance, histoire de pas casser l’ambiance.

Ne reste plus au cabot qu’à faire son énième numéro spécial blaireaux, qui convaincra les convaincus, fera marrer les pas, les non, les jamais convaincus et indifférera les autres qui, finement conscientisés, finiront par s’en remettre à Paul le poulpe à l’heure du vote solennel.

Quand même à la fausse question que fait semblant de se poser l’aspirant bachelier président, effet argumentaire dont il use et abuse jusqu’à l’accident rhétorique qui ne manquera pas de se produire un jour :

« Vous m’imaginez, pendant un dîner, devant les convives à table, repartant avec de l’argent ? » – yeux dans les yeux mouillés de la camera , cheveux gris argentés vieux sage, voix avec trémolo mi indigné mi moqueur…

– ben oui j’imagine…-

Si Playmobil et son complément capillaire, osait juste cette modeste remarque qui n’engage d’ailleurs à pas grand chose, on peut toujours imaginer, sûr qu’il  sortirait de sa carrière par la baie vitrée mais plus sûrement encore entrerait il dans l’histoire par le grand vasistas.

C’est sans doute trop ambitieux pour un homme tronc.

tgb

Publié par rueaffre2

TG.Bertin - formation de philo - consultant en com - chargé de cours à Paris 4 - Sorbonne - Auteur Dilettante, électron libre et mauvais esprit.

14 commentaires sur « L’Oreal de rattrapage »

  1. Très bon.
    La photo m’a impressionné (c’est le cas de le dire ;).
    Ta phrase est à graver dans les annales : « Ne reste plus au cabot qu’à faire son énième numéro spécial blaireaux, qui convaincra les convaincus, fera marrer les pas, les non, les jamais convaincus et indifférera les autres qui, finement conscientisés, finiront par s’en remettre à Paul le poulpe à l’heure du vote solennel. »
    Tout à fait. C’est la raison pour laquelle je tente de corrompre Paul avec quelques moules en conserve… Pas facile.

    J'aime

  2. aux dernières enchères il était à 40 000 euros – peut être faut il lancer une souscription – car ton idée est excellente elle vaut tous les sondages biaisés et madame Irma Duhamel dont il suffit de prendre le contre pied pour ne pas se tromper

    J'aime

  3. En attendant de s’offrir de l’octopus au prix du caviar:
    allons picpiquer demain avé tout le monde résistant à la connerie à la Garden Party des « SANS »
    Nicolas Sarkozy a annoncé l’annulation de la traditionnelle garden party de l’Elysée le 14 juillet.
    Cette décision injuste va priver les « happy fews » d’un bon déjeuner au soleil, à parler politique.
    Afin de réparer cette injustice, nous vous proposons de nous retrouver pour un moment de fraternité et de gastronomie sans frontière le 14 juillet, avec les sans papiers, les sans logis, les sans emploi… mais avec liberté, égalité et fraternité. Ce sera la Garden Party des « Sans »…
    Nous souhaitons faire de ce rendez-vous un moment de célébration des acquis de la révolution française et de fête de notre identité plurielle.
    Rendez-vous mercredi 14 juillet à 12h30 au square Villemin, quai de Valmy dans le 10e arrondissement, Paris
    Apportez votre Panier à partager!
    La Garden Party des « SANS » :
    Groupe FaceBook :
    http://www.facebook.com/event.php?eid=136414356386236
    La Cantine Afhane :
    http://lacantineafghane.org/2010/06/14-juillet-garden-party-des-sans/
    Utopia13 :
    http://utopia13.canalblog.com/archives/2010/07/08/18531880.html
    Le visuel à mettre sur votre blog ou site ou à imprimer et diffuser partout :

    J'aime

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :