Le nabot vert

Confortablement installé dans son air force one, (dont on venait malheureusement de changer les pitots) à destination de Saint Barth (paradis fiscal moralisé) où se languissait le yacht de son pote Bolloré (déforestateur africain), le nabot à Ray-Ban, cacolac à la main, penché sur les résultats des élections européennes eut soudain une révélation :

« Repeignons l’ump en vert »

« génial !!! » réagit son porte-malette Devedjan (assouplisseur de code environnemental au nom de la croissance relancée) avant de s’interroger :

– mais qu’est ce qu’on fait de gros cul ?

Gros cul, pour la petite histoire avait eu la malencontreuse idée d’exprimer tout haut, rapport aux OGM et au réchauffement climatique, ce que pensait la bande tout bas, qui se branlait pas mal du trou d’ozone, d’autant qu’il n’était même pas privatisable.

– y’a qu’a l’envoyer chez les pingouins
– proposa, le porte-flingue Lefebvre avec un rictus malfaisant.

Y’a déjà la mère Michel – s’esclaffa le porte-malette officiel tout en se grattant les roubignoles.

– On va se le garder sous la pogne – réfléchit tout haut le nabot vert, entre deux gorgées de cacolac – si ça sert pas on le donnera à becqueter aux crocos des centrales nucléaires dés que j’aurai refilé Areva à Bouygues, en attendant d’en prendre la direction et de me faire des couilles en uranium enrichi –

– Trop fort !!! – s’exclama le porte flingue en retroussant les lèvres avec gourmandise.

Le « air force one » survolait maintenant, les centrales à gaz Poweo (profiteur d’énergie) qui dégageaient onctueusement leurs fumées blanchâtres chargées de CO2.

Le nabot vert se mit à regretter subitement d’avoir passé au broyeur les conclusions du Grenelle de l’environnement juste après avoir roulé dans la farine les écolos bobos de TF1.

– Préparez un Grenelle 2 et trouvez-moi un développé durable vaguement présentable

Le gros Airbus capitonné volait maintenant au dessus du circuit F1de Flins, délicatement tracé sur la nappe phréatique alimentant Paris.

– heu…Wechter…– proposa Lefebvre pas très convaincu
– Présentable j’ai dit !!! – grogna le nabot vert contenant un de ces tics nerveux
– Ben heu…Lalonde – murmura Devedjan se reculant instinctivement de peur de s’en prendre une
– L’est encore vivante l’écolo mondaine ? – s’informa le nabot vert un poil perplexe…- ça peut le faire avec un bon lifting bio…

Le porte malette venait de marquer un point face au porte flingue et en rougit de vanité.

Un ange déguisé en Jack Lang passa…

– et pour la taxe carbone on fait comment ? – reprit le porte-malette, cherchant à pousser l’avantage

Le nabot vert réfléchit un instant avant d’arborer un de ses sourires suffisants qui plaisait tant à sa dame guitareuse.

– y’a qu’à leur refaire le coup de la vignette auto que ces cons de socialos ont supprimés

– C’est grand !!! – siffla le porte-flingue, béat d’admiration

Verte, la vignette – renchérit le porte-malette, histoire de dire quelque chose.

Et les trois d’éclater de rire grisés par l’altitude et les tournées de Cacolac.

tgb

Publié par rueaffre2

TG.Bertin - formation de philo - consultant en com - chargé de cours à Paris 4 - Sorbonne - Auteur Dilettante, électron libre et mauvais esprit.

12 commentaires sur « Le nabot vert »

  1. On y croirait. 🙂
    Tu m’as presque donné envie de voter Cohn-Bendit, tiens. Encore deux billets comme ça et je me convertis. Croissance verte, croissance soutenable, du moment que c’est de la croissance…

    J'aime

  2. ben normal le nabot vert est fort complexé rapport croissance (moi aussi remarque mais je ne le fais payer à personne a priori)

    J'aime

  3. Excellent et drôle tgb ! Comme c’est bien vu. Eh oui, il absorbe tout comme spontex, ils en veulent de l’écologie, ils en auront et ils paieront pour ça puisque ça les intéresse. Ceci dit, c’est très réactif, il a bien compris que son pauvre score aux européennes et l’abstention massive auguraient quelques difficultés électorales à venir. Le parti Europe-Ecologie se serait appelé Merguez-frites, le résultat aurait été le même. Je pense que les votants voulaient donner des leçons aux trois principales formations politiques en lice.

    J'aime

  4. « Merguez-frites » c’est bien comme nom de liste ça a un côté fête de l’huma PG-PC ne manque plus que l’harissa avec le NPA et le front de gauche cartonne

    J'aime

  5. « ben normal le nabot vert est fort complexé rapport croissance (moi aussi remarque mais je ne le fais payer à personne a priori) »
    Au moins toi, en virtuose de la dialectique, tu as su transformer, pour notre grand bonheur, cette caractéristique en talent, car tgb = très grand billettiste.
    Avant de s’appeler rue d’Affre, la rue éponyme de ton blog s’appelait rue d’Alger, je propose qu’on la change à nouveau de nom et qu’on l’appelle désormais « Rue tgb ».

    J'aime

  6. p’tain jules tu vas me faire rougir mais je trouve l’idée excellente je m’en vais de ce pas la soumettre au libéral socialiste tendance velib’

    J'aime

  7. « moi aussi remarque mais je ne le fais payer à personne a priori »
    Comment ça ? Vu la volée de bois vert que tu balances quotidiennement sur la majorité et les salopards de tout poil, on peut – sans doute – considérer que tu as su venger ce « complexe de croissance ».

    J'aime

  8. oui mais en tongs et sans talonnettes – pas besoin de me mettre sur la pointe des pieds pour me sentir « grand » hihihi

    J'aime

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :