Entre chien et loup

En ces heures tragi-comiques de Non-Non à Neuilly, de Oui-OUI à Versailles et de pepètes story à cac40, revenir aux amis en soucis, aux talents en dérives, aux creveurs de dalle à la libre pensée Anar, aux purs et durs de l’esprit contre la matière et donc aux fauchmans rmiste de l’ordre social me paraît salutaire.

Quelques cas affligeants d’honnêtes hommes précieux, d’aristos prolos en galère :

Pierre Etaix, notre Keaton à nous, notre Chaplin Monmartrois, notre maître du clownage et du masque à gags, du burlesque et de la comédie humaine est dans l’incapacité juridique de montrer ses films aujourd’hui..

Pour avoir eu le bonheur de côtoyer (un peu) ce poète de l’image, ce touche à tout ‘modeste et génial’, je ne peux que témoigner de la délicatesse du bonhomme, de sa sensibilité délicieuse et de son humanité simple en sa totale intégrité artistique.

Juridiquement censuré.

Olivier B
. journaliste libre et indépendant, résistant médiatique, animateur essentiel du blog « plume de presse « inlassable correcteur de journalisme officiel et collabo, abonné à la misère noire et à l’angoisse matérielle.

Economiquement censuré.

Toute peine méritant salaire et l’argent matérialisant tout labeur, il ne faut pas s’étonner que les meilleurs plumes des meilleurs blogs s’épuisent et s’usent dans l’ambiguité de la gratuité et de la non reconnaissance professionnelle.

Le blog est certes le refuge de talents inexploités et gâchés, de marginaux vomis ou éjectés par le système, de grandes gueules assez connes pour ne pas savoir composer, d’empêcheurs ingérables des petits arrangements entre amis, mais dans ce monde effroyablement vénal ou la vulgarité cupide est la norme que peut bien valoir les mots crachés et offerts d’un innocent au sang d’encre ?

L’ironie ou la carrière camarade.

Ce qui est gratos finit toujours hélas par être sans valeurs et les quatre heures quotidiennes d’Olivier Bonnet pour un vrai travail d’investigation, de recoupements et d’écriture par n’être récompensés au final que par la plus injuste des précarités.

Même si l’avalanche d’hommages et de remerciements sur le site de « plume de presse » peut être la marque chaleureuse d’une immense considération, malgré tout, l’estime ne se bouffe pas et ne paie ni le loyer ni la pension alimentaire.

De Denis Robert à Jean-Jacques Reboux… la liste est longue  de ces forçats de la liberté de parole épuisés par les procédures, les procès, les censures déguisées, la mouise.

Quand les imposteurs Ockrent pour une pige merdique et complaisante, pour un ménage collabo chez Corporate se font des ovaires en or, à caresser dans le sens du poil les prédateurs (toujours faibles avec les forts toujours forts avec les faibles), y’a de quoi s’enrager de tant d’injustice crasse.

Tout ça n’est pas nouveau mais tout ça fait chier de chez chier.

Y’a quelque chose de pourri au royaume de Neuilly, quelque chose qui fait mal au ventre et à l’âme.

On est certes bien plus digne à être loup famélique mais sans collier que caniche toiletté chez Maniatis mais y’a des jours où l’ envie de mordre la main qui ne nourrit même plus devient irrépressible.

tgb

photo Pierre Etaix tirée de Yoyo de Pierre Etaix 

Publié par rueaffre2

TG.Bertin - formation de philo - consultant en com - chargé de cours à Paris 4 - Sorbonne - Auteur Dilettante, électron libre et mauvais esprit.

8 commentaires sur « Entre chien et loup »

  1. C’est, hélas, exactement ça.
    Combien de temps un pigiste de base (ce que n’est pas Olivier) pourrait-il vivre avec le tarif de base d’une « animation de supermarché » d’Ockrent ?
    Plusieurs mois, non?
    Et sera-ce seulement quand il sera mort que Pierre Etaix aura droit aux honneurs et aux larmes de crocodiles de tous ceux qui ne l’ont pas aidé de son vivant mais qui diront alors reconnaitre son génie ?
    Je le crains. Mas surtout qu’il prenne son temps, hein. On n’est pas préssé de voir ça.
    GRRRRRRRRRRR!
    Zgur

    J'aime

  2. d’autant plus que visiblement l’enfoiré qui lui bloque ses droits (à Etaix) attends qu’il crève pour les remettre sur le marché
    spéculation sur le cadavre des artistes
    c’est un genre

    J'aime

  3. Etaix c’est la classe, c’est comme Tati, ces hommes là ça ne fricottent pas avec le monde de l’argent et ils le payent cher!
    A tout prendre je préfère me référer à eux qu’aux sans talents qui biberonnent au monde polito-médiatique, mais ça a parfois un prix exorbitant, j’en conviens!

    J'aime

  4. Je suis très touché par ce que tu écris. Mais je suis en mesure d’atténuer la noirceur de ton propos : rien n’est certes réglé à moyen terme mais un magnifique élan de solidarité a suivi la publication de mon billet et, grâce à la générosité de mes lecteurs, je suis désormais tranquille pour plusieurs semaines. Belle leçon : les valeurs de fraternité défendues sur mon blog ne sont pas juste des formules pour ses habitués qui les traduisent en actes. C’est simplement beau.

    J'aime

  5. merci Olivier pour ce commentaire et pour cette atténuation optimiste qui montre qu’effectivement il y a encore de la solidarité et de la générosité et particulièrement d’ailleurs chez les plus démunis – je mettrai un coup de zoom au moment de la parution de ton bouquin courant avril je crois

    J'aime

  6. Chers amis,
    Merci de relayer l’info concernant Pierre Etaix et de vous émouvoir de cette « sale histoire » (Y’a de quoi !!)
    Si vous voulez vraiment manifester votre soutien, visitez le site:
    http://www.lesfilmsdetaix.fr et signez la pétition en ligne (accessible depuis le bouton « Soutien »).
    Si vous avez des questions, des idées etc…, une seule adresse: lesfilmsdetaix@gmail.com.
    Merci de nous aider.

    J'aime

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :